Disparition de Rosine Vieyra Soglo: Les hommages

 Disparition de Rosine Vieyra Soglo: Les hommages

Depuis l’annonce du décès dimanche 25 juillet  2021 de Rosine Soglo, de son vrai nom Rose-Marie Honorine Vieyra,  ancienne première Dame, ancienne députée et ancienne présidente de l’Ong “Vidolé”, c’est une multitude de réactions qui s’en est suivie pour rendre hommage à la Brave dame qu’elle a été et qui laisse derrière elle une forte empreinte politique. Lisez !!!

Le président Patrice Talon

« Femme engagée, Rosine VIEYRA SOGLO aura marqué la vie politique de notre pays pendant de longues années.

Nous garderons d’elle l’image d’une femme brave et exceptionnelle.

Paix à son âme.

Au nom de la Nation, je présente mes condoléances attristées au Président SOGLO, aux enfants Léhady et Galiou, ainsi qu’aux familles VIEYRA et SOGLO. »

Président de l’Assemblée nationale du Bénin, Louis Vlavonou

« Je viens d’apprendre avec une forte émotion la disparition de Maman Rose-Marie Honorine VIEYRA, épouse de l’ancien Président de la République du Bénin, Nicéphore Dieudonné SOGLO, ancienne députée et plusieurs fois doyenne d’âge de l’Assemblée nationale, membre du Parlement panafricain (PAP) et du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire ouest africaine (CIP-UEMOA) à plusieurs reprises, présidente de l’ancien parti politique la Renaissance du Bénin (RB) et de l’organisation non gouvernementale « VIDOLE ».

En cette douloureuse circonstance, je voudrais saluer la mémoire d’une femme d’exception et de conviction dont la participation à six législatures successives laisse inéluctablement une empreinte indélébile à l’institution parlementaire et au pays tout entier.

Puisse Dieu le Père Céleste lui faire une place de choix dans sa sainte demeure.

Au nom de l’Assemblée nationale et en mon nom propre, je présente mes sincères condoléances à toutes les familles éplorées, à toute la communauté parlementaire et à tout le peuple béninois. »

L’ancien président Boni Yayi

« Je viens d’apprendre avec beaucoup de tristesse la disparition de notre chère maman, l’Honorable Rosine Vieyra SOGLO, Présidente de la Renaissance du Bénin.

Intrépide patriote, Maman a été de tous les combats pour l’épanouissement de la Femme Africaine.

Elle a marqué notre conscience collective, l’Histoire du peuple béninois dans la construction et le renforcement de notre Démocratie.

Depuis la Conférence Nationale, nonobstant son âge avancé, elle a continué le combat pour la restauration de cette Démocratie, de l’Etat de Droit et du respect des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales.

Notre chère maman a eu une vie bien remplie. La flamme qu’elle a allumée doit être entretenue par notre jeunesse. Mon épouse Chantal se joint à moi pour présenter nos condoléances les plus attristées à la République, à la famille SOGLO, à ses enfants Lehady et Galiou, et particulièrement au Président Nicéphore Dieudonné SOGLO qu’elle a soutenu de toutes ses forces dans son combat pour la libération de l’Afrique.

Puisse le Seigneur l’accepter dans sa lumière éternelle »

L’ancien ministre des Finances Komi Koutché

« Plus qu’une amazone, notre pays vient de perdre une vraie architecte et protectrice du Bénin de justice et de liberté qui a vu éclore ma génération.

Mes condoléances à la famille Soglo et à tous les témoins vivants de l’histoire des trois dernières décennies du Bénin.

Va et repose en paix, digne femme et exemple à suivre par la jeune génération. Tu as vécu utile et marqué ton temps.

Ton fiston, comme tu aimais affectueusement m’appeler. »

Reckya Madougou : « J’aimais Rosine SOGLO »

« Adieu, la légende ! J’aimais Rosine SOGLO. Plus pénible sera désormais pour tous dont l’ancienne ministre Reckya Madougou de conjuguer au passé une infatigable femme d’Etat, une militante engagée et de conviction, une amazone politique passionnée et toujours sur le qui-vive, une mère de la Nation avec une exigence de responsabilités qu’on a aimé et côtoyé.

Comme beaucoup, Reckya Madougou a connu Rosine Vierya SOGLO par l’idéal de ses convictions en tant que First Lady, la lucidité de son engagement de députée à l’Assemblée Nationale, la bonté de son coeur pour les plus faibles et les enfants, la force assumée de ses choix qui ont surtout accompagné et éclairé l’histoire démocratique de notre pays. Le Bénin perd ainsi sa plus grande femme politique de ces trente dernières années, Sur le chemin de son engagement militant, Reckya Madougou a connu, aimé et partagé des valeurs, des doutes et reçu des conseils de cette pasionaria de l’intégrité en politique.

Ces derniers jours, malgré son état critique, elle prenait les nouvelles de Reckya Madougou incarcérée et s’inquiétait de l’évolution de sa situation à la prison civile d’Akpro-Missérété tout en lui envoyant des mots de courage et de persévérance. Toutes nos condoléances et celles des plus attristées de Reckya Madougou à Son Excellence Nicéphore SOGLO, ancien Président de la République, à ses fils Léhady et Ganiou et à toute la famille SOGLO ».

La Cellule de Communication

Valentin DJENONTIN-AGOSSOU  «  Adieu Mémé Rosine VIEYRA SOGLO »

« Le dimanche 25 Juillet 2021, Mémé Rosine VIEYRA SOGLO, la toute Première Dame de l’ère du renouveau démocratique au Bénin a tiré sa révérence.

J’ai eu le privilège de passer plus de trois années aux côtés de notre maman Rosine Vieyra Soglo à l’Assemblée Nationale, septième législature.

Bien qu’octogénaire et handicapée visuelle, Mémé Rosine jouissait d’une lucidité, d’une vivacité d’esprit et d’une intégrité intellectuelle extraordinaire.

Malgré le poids de l’âge, Mémé était présente à toutes les séances du Parlement tant en Commission qu’en plénière.

Mémé forçait mon admiration par la densité de sa culture et de sa mémoire phénoménale.

Elle s’est toujours battue pour ses convictions avec honneur et dignité.

Pendant le peu de temps où j’ai eu l’honneur d’être assez proche d’elle, j’ai également pu noter l’importance qu’elle accordait à l’intégrité et à la loyauté.

Je témoigne en mémoire de notre regrettée maman l’estime dont je jouissais auprès d’elle. En effet, alors qu’elle était aux soins à Paris en juillet 2018, c’est à ma petite personne qu’elle avait envoyé sa procuration écrite signée de sa propre main pour voter en ses lieux et place contre la deuxième tentative de révision de la Constitution du Bénin du 11 décembre 1990.

Mémé, connaissant votre amour et votre attachement à votre famille, j’imagine votre douleur de partir de ce monde en l’absence à vos côtés de votre aîné Léhady et de votre époux, le Président SOGLO avec qui vous avez passé plus de six décennies de vie commune.

Mémé, c’est au moment où notre Pays, le Bénin traverse la crise socio politique la plus exacerbée de son histoire, où les béninois sont profondément divisés entre eux qu’il a plu au Créateur de l’Univers de vous appeler dans sa félicité céleste.

Je prie Dieu d’illuminer le cœur de nos dirigeants afin qu’ils se saisissent de votre disparition comme l’occasion d’or donnée par l’Eternel pour se réconcilier avec votre famille, la classe politique toute entière, toutes les forces vives de la Nation et tout le peuple béninois !

Tous ensemble, rendons un vibrant hommage à Mémé Rosine SOGLO et faisons prospérer l’héritage qu’elle laisse de ses combats en cultivant les valeurs qu’elle a incarnées.

Toutes mes condoléances au Président Nicéphore Dieudonné SOGLO, à mes frères Léhady et Ganiou Soglo, à toute la grande collectivité SOGLO ainsi qu’à tout le peuple béninois.

Que le Seigneur reçoive notre Mémé à ses côtés ».

La Rédaction

Articles similaires