Déconstruction des fake news : La thérapie de Léonce Gamaï

 Déconstruction des fake news : La thérapie de Léonce Gamaï

Depuis l’avènement des médias sociaux,  les intox sont devenues le quotidien des populations mondiales en général et celles de l’Afrique en particulier. Le Bénin ne fait pas exception à la règle. Les conclusions d’une étude menée  par le Centre pour la Démocratie et le Développement (CDD West Africa) en disent long. Pour permettre aux médias traditionnels de ne pas tomber dans le piège des fake news, l’expert en communication, directeur de publication du site Banouto, reçu vendredi 25 mars dernier sur Café Médias Plus a fait certaines propositions.

« Aux grands maux, grands remèdes » dit-on. La prolifération des fausses informations est l’un des maux qui minent l’espace médiatique de nos jours. Cet état de chose favorisé par le développement du numérique préoccupe certaines structures à l’instar du Centre pour la Démocratie et le Développement (CDD West Africa). Ce centre basé à Abuja au Nigeria a initié il y a quelques mois une étude pour comprendre les différents compartiments du phénomène des intox dans l’espace CEDEAO.

Au Bénin, c’est le journaliste consultant média et en communication Léonce Gamaï qui a conduit cette étude pour le compte de la structure. De son rapport intitulé :  » Écosystème des fausses informations au Bénin : Une vue d’ensemble » rendu public en ce mois de mars 2022,  il ressort que les fake news sont bien ancrées au sein de la population béninoise. Ce qui, du coup constitue une menace pour les médias traditionnels dans la livraison des vraies informations. Pour ce faire, il propose quelques pistes pour y remédier.

Entre autres mesures, nous avons la généralisation du fact-checking, l’éducation des populations aux médias et au numérique, la formation des nouveaux acteurs de l’information en ligne, le renforcement de la protection juridique des journalistes et professionnels des médias et bien d’autres actions y afférentes.

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires