Conflit religieux à Djougou : Malick Gomina tire la sonnette d’alarme

 Conflit religieux à Djougou : Malick Gomina tire la sonnette d’alarme

Djougou, ville située au nord du Bénin, se présente comme étant l’une des villes à forte représentativité islamiques. Majoritairement représentée par sa jeunesse, elle fait face depuis bien longtemps déjà à certains dangers qui, si rien n’est fait, pourraient constituer un véritable problème d’ordre national. Conscient du mal qui sévit dans la commune dont il a la charge, le maire Malick Gomina a donc tenu à attirer l’attention du public.

C’est au détour d’un entretien du Think-tank citoyen, que l’édile de la cité de Kpétoni a pointé du doigt la problématique, nous rapporte le quotidien “ Le Grand Regard”. Pour Malick Gomina, deux maux minent la jeunesse de sa circonscription : l’immigration et l’extrémisme religieux. Selon des propos relayés par notre source, le maire de la commune de Djougou affirme que concernant la problématique de l’immigration son équipe et lui ont déjà mis sur pied des solutions pour pallier cet état de choses. « Le conseil communal a déjà identifié 1000 hectares de parcelles pour (un) Ndlr lycée agricole. Il a par ailleurs autorisé, à l’issue de sa dernière réunion, l’acquisition d’un domaine de 10 hectares dans le village de Bougou pour la mise en œuvre d’un projet agro-pastorale d’élevage et de plantation d’anacardiers».

La question de l’extrémisme religieux étant un sujet qui lui tient à cœur, le maire de la commune de Djougou invite les autorités à divers niveaux à se pencher davantage sur la problématique. Pour lui, si rien n’est fait, le radicalisme violent peut venir recruter dans le rang des jeunes en situation de chômage. « Le niveau de misère est si élevé que je crains que ce ne soit un terreau fertile pour entraîner les esprits fragiles dans le radicalisme », prévient-il. Pour éviter à cette jeunesse de sombrer dans les méandres du radicalisme religieux, Malick Gomina convie à l’unité d’action. «  Nous ne demandons pas de l’assistanat, mais il s’agit de travailler ensemble pour mobiliser des ressources propres et proposer une meilleure offre politique aux personnes vulnérables », a-t-il  souhaité. La sonnette d’alarme ainsi tirée, le maire Malick Gomina élu à ce poste depuis le lundi 08 juin 2020 espère à travers son message drainé plus de monde à la cause.

 Yvon ALITONOU

Articles similaires