Chargement hors parc: Une pratique qui perdure à Kandi

 Chargement hors parc: Une pratique qui perdure à Kandi

Depuis l’avènement de la décentralisation, il y a une pratique à la peau dure dans la ville de Kandi. Il s’agit du chargement hors parc. Cet incivisme n’est pas sans conséquence pour les populations et l’administration communale de la ville de Kandi.

Le chargement hors parc est à l’origine de nombreux cas d’accidents de circulation à Kandi. De plus ce phénomène entrave la mobilisation des ressources pour le bon fonctionnement de l’administration communale. Et c’était dans le souci de mettre un terme à cette pratique qu’une répression était  annoncée par le maire. Cette décision a été prise lors d’une rencontre bipartite entre les responsables syndicaux des conducteurs de taxis urbains et les autorités communales le 18 mai 2021.

En effet, il ressort de cette rencontre que pour réglementer le chargement hors parc au sein la ville de Kandi, cinq (05) points ont été identifiés de commun accord avec les responsables et aussi la mise en vente des tickets confectionnés par la mairie. « Nous allons prendre toutes les dispositions pour un suivi rigoureux des dispositions afin de mettre un terme à cette mauvaise pratique avec la collaboration des populations » avait déclaré Wahabou Seidou premier adjoint au Maire de Kandi représentant l’autorité communale au cours de cette séance. Prenant la balle au bond, les responsables syndicaux ont très tôt procédé à des séances de sensibilisation à l’endroit de leurs syndiqués, histoire de changer la donne.

Malheureusement cela n’a pas porté ses fruits. Pour preuve, cette pratique  perdure toujours dans la commune de Kandi et est en train de prendre une allure de non-retour. « Le chargement hors parc joue sur nous qui allons dans les points de chargement. Parce que ceux qui ne se rendent pas baissent considérablement les prix d’où notre malheur », a laissé entendre Y. Razack, conducteur de taxi. « C’est ce qui fait que nous manquons pour la plupart du temps de clients sur nos parcs », renchérit G. Gabriel, membre du syndicat. Jacques, enseignant,  estime qu’il est toujours mieux de prendre taxi sur les parcs « J’ai oublié un jour un de mes colis lors de mes voyages. Mais de mon retour sur le parc, je l’ai retrouvé. C’est la preuve que prendre taxi sur nos parcs assure la sécurité de nos bagages et de nos biens », souligne-t-il tout en invitant les acteurs à se conformer aux nouvelles dispositions. Mamoudou très remonté dénonce le retard qu’accuse la mairie pour commencer à réprimer. « La mairie a mis des tickets à notre disposition depuis très longtemps mais la répression tarde toujours à démarrer » déplore-t-il.  Les regards sont désormais tournés vers l’hôtel de ville pour un démarrage effectif de la répression afin de conjuguer au passé ce phénomène vieille d’une décennie dans le chef-lieu du département de l’Alibori, Kandi.

Bachir ISSA

Articles similaires