Bénin-Politique : Abimbola descend du cheval blanc cabré

 Bénin-Politique : Abimbola descend du cheval blanc cabré

C’était prévisible. Mais désormais c’est chose faite. Le Ministre du Tourisme, des Arts et culture Jean -Michel Abimbola vient de rompre les amarres avec le parti Bloc Républicain. C’est à travers une lettre de démission qu’il a déposé vendredi 30  avril 2021 à l’instance suprême du Parti. Cette décision fait suite à sa suspension de cette formation politique pour son supposé rôle dans la destitution de l’ancienne maire Karamath Fagbohoun.

Telle une traînée de poudre, l’information a fait le tour des médias sociaux en début de week-end écoulé. Et c’est bien une réalité. L’actuel ministre du tourisme, des arts et culture ne fait plus partie de la formation politique dont il est membre fondateur à l’avènement du système partisan. Il a tourné dos à la famille du cheval blanc cabré à travers une lettre de démission déposée au secrétaire général national du parti Abdoulaye Bio Tchané. Cette décision du désormais ex- secrétaire général national en charge des structures décentralisées intervient quelques mois après sa suspension du parti pour son prétendu rôle dans la destitution Karamath Fagbohoun, l’ancienne maire de la commune d’Adja-Ouèrè et membre du BR. La décision de sa suspension a été prise à l’époque par le Secrétariat général du parti sur la base du rapport de la commission d’enquête  mise en place pour faire la lumière sur les raisons qui sous-tendent la perte du fauteuil de  maire par sa camarade élue communale. « Je comprends que l’information de ma démission du Bloc Républicain puisse être perçue pour les uns comme un soulagement, pour certains un étonnement et pour d’autres une déception, une frustration, voire un sentiment d’abandon » a-t-il posté sur sa page Facebook au lendemain de sa démission.

Une démission préventive….

Depuis l’annonce de sa démission, les commentaires vont dans tous les sens. Mais à y voir de près, il n’est l’ombre d’aucun doute que cela paraît une mesure préventive pour l’intéressé qui aspire poursuivre son aventure dans le gouvernement de la Rupture. Or, s’il ne prenait pas une telle décision il pourrait être éjecté de la barque car, ne pouvant plus être désigné par son ex- parti politique puisqu’étant sous le coup de la suspension. Sa réaction après avoir déposé sa démission en dit long. « Cette décision s’est imposée à moi comme une impérieuse nécessité pour la concrétisation de nos objectifs aux côtés du Président de la République » peut-on lire à travers les lignes de sa publication. « Ensemble, bâtissons notre nation », conclut-il.

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *