Agriculture dans la Vallée de l’Ouémé : Le marché à piment de Malomè mis en service

 Agriculture dans la Vallée de l’Ouémé : Le marché à piment de Malomè mis en service

Les maraîchers de la commune de Dangbo et environs n’ont plus de soucis à se faire quant à l’écoulement de leur production. Le marché à piment construit par le programme Approche Communale pour le Marché Agricole phase 2 (ACMA2) vient d’être mis à leur disposition la semaine écoulée. Une aubaine pour ces producteurs maraîchers en proie depuis plusieurs années à des difficultés dans l’écoulement de leurs cultures.

Ce marché à caractère spécifique est ouvert au public le jeudi 18 Février  dernier à l’occasion d’une cérémonie fort simple qui s’est tenue en présence des autorités communales, des responsables de l’union communale des producteurs de Dangbo, des usagers du marché et autres. Dans sa prise de parole, le premier Adjoint au maire de Dangbo représentant le maire empêché s’est confondu en remerciements à l’endroit des responsables du programme ACMA 2 pour cette œuvre utile au profit de la population. « Nous remercions beaucoup les responsables du programme ACMA 2 pour la réalisation de cette infrastructure de grande portée. C’est la preuve qu’ils ont fait un réel diagnostic pour identifier ce besoin pressant de nos populations » a martelé Docteur Bertin Jésunonté Lokossou, deuxième adjoint au maire de Dangbo. Tout en invitant les bénéficiaires à un bon usage du joyau, l’autorité communale signale que ce marché est d’une importance capitale. « La commune de Dangbo étant en partie une terre agricole. Ce marché revêt d’une importance capitale pour les citoyens qui, désormais verront leurs difficultés d’antan conjuguées au passé. C’est pour cela, nous les invitons  à fait un usage judicieux du joyau afin que ça profite réellement à tout le monde » lance-t-il. A l’occasion, le secrétaire général  de l’Union Communale des Maraichers de Dangbo a au nom de ses pairs pris l’engagement de contribuer à l’animation de ce marché dans les normes requises. «En plus du piment qui est le produit privilégié dans ce marché, d’autres cultures maraîchères  sont autorisées à y être vendues. Entre autres, nous avons la tomate, les légumes, les patates, le gombo. Nous allons veiller au respect de cette règle en empêchant par tous les moyens les cultures non autorisées » promet Enock MONSOU.  

Notons qu’en dehors du payement des tickets de la mairie, l’acquisition des hangars est gratuite dans le marché à piment de Malomè.

Edmond HOUESSIKINDE

14 vues

Articles similaires