Fêtes de fin d’année: Retour triomphal de l’insécurité

 Fêtes de fin d’année: Retour triomphal de l’insécurité

C’est carrément une ritournelle. Comme un fléau rebelle, à l’approche des fêtes de fin d’année, l’insécurité dicte sa loi. Un embargo sur les droits d’aller et de venir.  Des crimes de tout acabit sont commis sur les paisibles populations par des divorcés sociaux poussés par le gain facile. La criminalité et le grand banditisme refont surface, empêchant du coup, la libre expression des personnes et des biens. Un phénomène saisonnier qui n’échappe à l’attention de personne.

Des faits divers, découvertes macabres, des vols,  les accidents de circulation sont les mauvaises nouvelles qui s’enchaînent dans les différents canaux de diffusion d’informations. Même si chaque fin d’année, les populations souhaitent passer ces moments paisiblement, décembre 2022 commence par enregistrer déjà des événements malheureux.

À la veille de chaque fête de fin d’année, le phénomène est récurrent. Des individus sans foi ni loi attentent à la vie des populations pour les déposséder de leurs biens. Dans leurs forfaitures, ils commettent des crimes de sang. Malgré le renforcement de la sécurité et la disponibilité constante des forces de l’ordre qui ont décrété la veille permanente, le phénomène persiste. C’est le cas d’une dame qui s’est fait couper les doigts et sa moto emportée, la fois dernière, à Godomey, un quartier populeux, reconnu pour son insécurité criarde. Selon les informations du quotidien Le Potentiel, les deux hors-la-loi ont emporté la moto, mais l’un d’eux a échoué dans les mains de la population surexcitée. Des actes attentatoires à la vie et qui nécessitent des actions urgentes

Face à ce tableau sombre, il urge que chaque acteur  de la chaîne de la sécurité prenne ses responsabilités.  De la famille en passant par les chefs quartiers et les forces de sécurité,  la vigilance doit être redoublée à chaque niveau. Ainsi déjà les parents doivent s’assurer des déplacements et fréquentations de leurs progénitures pour éviter toutes mauvaises surprises. Dans les quartiers,  la solidarité doit être agissante contre tout mouvement ou comportement suspect. Quant aux forces de défense et de sécurité,  la mission première est de relever le défi du maintien de l’ordre, anticiper sur les intentions des Hors la loi en collaboration étroite avec les populations et assurer avec les moyens de bord une fin d’année paisible à ces derniers.

Cependant cela ne  serait possible  sans un minimum de remise question de chaque acteur.  D’abord l’incivisme sur nos routes constitue l’élément fondamental des accidents de circulation. La fin d’année est le moment choisi par les populations pour s’adonner à l’excès de vitesse, aux surcharges et autres violations du code de la route.  Conséquence,  des séries d’accidents évitables et des morts en cascade. Pour sauver des vies à ce niveau, les forces de l’ordre ont l’obligation de ne pas fermer les yeux sur les comportements inadmissibles des conducteurs. L’autre chose est qu’en fin d’année la cupidité des ritualistes augmente et ils  sont prêts à tout pour se faire de l’argent d’où les multiples cas d’enlèvement d’enfants et d’adolescents car étant les plus vulnérables. Il urge donc que les parents redoublent de vigilance et que la police soit beaucoup plus entreprenante.

Vivement que les dispositions soient prises pour renforcer la sécurité à tous les niveaux, surtout au niveau des banques, centres commerciaux et autres agglomérations où l’argent circule abondamment. Il n’y a que de cette matière qu’on pourra contre le phénomène et enrayer ses effets destructeurs. La prudence s’impose donc.

La Rédaction

Articles similaires