Présidentielle 2021: Le vrai combat du parti ‘Les Démocrates’

 Présidentielle 2021: Le vrai combat du parti ‘Les Démocrates’

Les Démocrates

Alors que leurs anciens compagnons de lutte Les Fcbe s’apprêtent à désigner leur candidat à l’élection présidentielle d’avril 2021, le nouveau parti ‘Les Démocrates’ en est encore à faire des coudes pour obtenir sa reconnaissance officielle par le ministère de l’Intérieur, au risque d’accuser du retard dans leur positionnement pour cette consultation cruciale.

Pierre MATCHOUDO

‘Les Démocrates’ continuent leur course à obstacles pour leur enregistrement sur la liste des partis conformes aux exigences de la loi. Après avoir déposé leur dossier au lendemain de la création de ce parti, les fidèles de l’ex-président de la République, Yayi Boni, peinent à se faire reconnaître par Sacca Lafia, le tout-puissant ministre de l’Intérieur. Alors qu’ils croyaient avoir atteint le bout du tunnel, la réponse définitive de ce dernier est rejetée à une date indéfinie, ce qui n’est pas sans préoccuper le parti.

spiritueux

A quelques mois de l’élection présidentielle, c’est une préoccupation que ‘Les Démocrates’ auraient voulu voir résolue afin d’aborder cette échéance en toute sérénité. Au même moment où ils luttent pour leur enregistrement, les responsables du parti ‘Les Démocrates’ sont engagés sur un autre front. Ils continuent d’exiger la suppression du parrainage inscrit dans la constitution adoptée sous l’impulsion de l’actuel chef de l’Etat et selon lequel il faut au moins 16 parrains d’élus pour qu’une candidature soit validée. Ce parti d’opposition se fonde sur le fait que seul le chef de l’Etat dispose de l’ensemble des élus siégeant à l’Assemblée nationale pendant que seuls 6 maires sur 77 sont issus d’un autre parti. Le premier responsable de la Cena (Commission électorale nationale autonome) a beau affirmé avoir pris des dispositions pour garantir l’anonymat des parrains, ‘Les Démocrates’ ne sont pas rassurés.

gasquiyani.info

Il est quasiment certain que le parrainage sera bel et bien maintenu malgré les pressions des forces de l’opposition, de la société civile et de bien d’autres acteurs de la scène politique. Dans ces conditions, c’est un risque pour ce parti de se focaliser non seulement sur l’annulation du parrainage mais aussi sur la question de la reconnaissance. A quelques mois de la présidentielle, il serait salutaire pour eux de se concentrer sur le choix d’un candidat qu’ils présenteraient non comme celui du parti –puisque ce dernier n’existe pas officiellement- mais plutôt comme une personnalité indépendante.

En effet, si ce sont les partis politiques qui présentent une liste aux élections communales, locales et   législatives, cette exigence n’est pas de mise pour la présidentielle dans la constitution du 07 novembre 2019. Du coup, il serait plus salutaire au parti dirigé par Eric Houndété de changer de combat en positionnant le plus tôt leur candidat et de faire du lobby pour obtenir auprès des élus les parrainages nécessaires. A moins qu’ils aient choisi de jeter leur dévolu sur un candidat quelconque qui s’opposerait au président Talon qui, selon des indiscrétions, chercherait à solliciter un nouveau mandat.

0 vues

Articles similaires