Homosexualité au Bénin: Le regard accusateur de la société

 Homosexualité au Bénin: Le regard accusateur de la société

L’homosexualité est en hausse au Bénin malgré le regard hostile de la société qui pousse les gays et les lesbiennes à vivre cachés.

Dans son article premier, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule que « Tous les êtres humains naissent libre et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Cet article donne à chacun le libre choix et leur permet d’opter pour une vie de couple homo. Ces personnes sont soit des lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles on parle encore plus simplement des Lgbtqia. 

Ayant fait un choix sexuel contraire à celui que l’on considère comme étant normal, les Lgbtqia sont qualifiés de ‘’genre minoritaire’’ vu leur petit nombre dans la société. Au Bénin, ces personnes sont vues et appréciées de diverses manières.

 Pour certains, la non hétérosexualité, la non cisgenre et les non dyadiques sont un mal pour la communauté. Chadrac L. imprimeur vivant à Abomey-Calavi est de cet avis. Cet homme de la trentaine pense que « l’homosexualité est une pratique qui va contre les principes humains car l’homme de sexe masculin devrait se lier à une femme ». Ce dernier reconnait que chaque individu est libre des choix qu’il fait dans la vie mais croit que « en tenant compte des principes traditionnels africains et donc béninois, il y a des choix qui ne reflètent pas nos origines et c’est le cas de l’homosexualité ».

 Une affirmation que soutient l’évangéliste Ghislain K. qui, se référant aux saintes écritures notamment la Bible trouve que la pratique est une abomination pure et simple. Car l’homme est fait pour la femme et non l’homme pour l’homme et la femme pour la femme.   « Dieu recommande l’hétérosexualité », fait-il savoir avant d’ajouter que «C’est le péché qui a conduit l’homme dans ce monde qui ne fait pas de lui ce qu’il devait être ».

Difficile donc pour ces personnes de profiter de leur vie tout en se faisant accepter. Pour la plupart vivre caché est la meilleure façon de faire face aux regards extérieurs. Monique C. la vingtaine  est bisexuelle. Sans gêne, elle parle de son choix ouvertement « Je ne sais pas comment cela a commencé mais je ne regrette pas. J’entretiens des relations avec des filles mais j’ai aussi mon copain qui peut-être ne le sait pas mais ce n’est pas important. S’il voulait le savoir, il l’aurait remarqué depuis un moment », dit-elle.

 Pour ce qui est du regard des autres, elle trouve que « Chacun à sa manière de voir les choses et chacun vit sa vie tel qu’il le désire. Souvent pour vivre heureux ou heureuse, il faut ignorer l’avis critique de certaines personnes. Je n’ai aucun mal quand je sors avec des filles comme moi. Il est vrai que de mon côté ce n’est pas trop perceptible mais ce qui le savent disent ce qu’ils pensent mais ce n’est pas important ».

Peu sont ces personnes qui vivent dans l’homosexualité sans aucun mal puisse que Dine G. la partenaire de Monique ne manque pas de payer le prix du choix qu’elle a fait. Souvent confondue aux hommes vu son style vestimentaire et son physique, cette étudiante en sociologie se fait appeler par certains ‘’demi-fille’’, chose qu’elle a toujours déploré mais comme elle le dit « hélas ».

« J’ai vraiment beaucoup de mal à supporter le regard de certaines personnes mais je m’y habitue. Ce n’est pas un choix pour moi mais c’est une destinée. J’ai des difficultés à me lier aux hommes pour des relations mais avec les filles, c’est plus facile. Je ne comprends pas moi-même mais seul Dieu peut me juger et justifier cela. Ceux qui ne vivent pas ne peuvent le savoir» fit-elle savoir.

 Angèle est une étudiante en agronomie, elle estime qu’« il faut laisser ces personnes  vivre avec leur choix en les acceptant ainsi. Il est vrai que ce n’est pas ce qui est souhaitable mais face à la nature, il faut se plier et laisser certaines choses se tenir. L’homosexualité n’est pas une fatalité, c’est un choix comme plusieurs autres ».

Au Bénin comparativement à certains pays du continent et du monde l’Etat n’a pas légitimé de façon officielle cette pratique mais ne l’a pas non plus rejeté formellement. C’est ce qu’a reconnu la responsable de l’Ong Humane Rights Priority Bénin, Miguèle Houéto dans un entretien sur Atlantic Fm. « L’Etat béninois n’a pas accepté de façon formelle ce type de personnes mais, il ne les rejette pas non plus légitimement. Aucun texte ne sanctionne la pratique de l’homosexualité au Bénin aujourd’hui ». Cette juriste et activiste des droits humains rappelle que « ces personnes que nous discriminons, ce sont des connaissances à nous, parfois des amis, des frères ou sœurs. Nous les devons donc respect. Autant nous réclamons nos droits, autant nous nous devons de respecter les droits des autres et cela passe par l’acceptation du choix de ces derniers. Il ne s’agit pas d’être d’accord avec le choix que chacun fait dans la vie ou de comment il ou elle entend vivre sa sexualité mais d’accepter la manière de vivre des autres et de vivre en harmonie avec eux. Travaillons donc à être tolérant ». 

La discrimination n’est donc pas de mise s’il faut s’en tenir au propos de Miguèle Houéto pour qui « Les humains devront se protéger et défendre chacun les droits des autres ce, malgré le genre et le choix de la vie sexuelle ». Ces actions qui sont des preuves réelles d’amour du prochain sont presque irremarquables dans la société béninoise. A l’en croire, les violences physiques, verbales et psychologiques sont quelques-uns des maux auxquels font face les Homosexuels. « Les amis les proches et autres personnes extérieures ne manquent pas quand l’occasion se présente de tenir des propos outrageants et discriminants vis-à-vis d’elles. Bon nombre d’entre ces Lgbtqia sont obligés de vivre avec un repli. Souvent désavoués par leur famille, ils se livrent à l’isolement et subissent », affirme Miguèle Houéto avant d’inviter chacun à œuvrer pour l’équité et le respect du choix de tous.               

Firmin KASSAGA

23 vues

Articles similaires