CAN 2021, tempêtes en vue

 CAN 2021, tempêtes en vue

Les contours de la prochaine CAN sont presque dessinés. La date du tirage au sort est connue , le 25 Juin prochain, et le calendrier de la compétition dévoilé , du 09 Janvier au 06 Février 2022 par le comité d’urgence de la Confédération Africaine de Football, CAF. À partir de ce moment, chaque sélection qualifiée peut se projeter sur ce que sera sa CAN dans dix mois au Cameroun en jaugeant ses capacités. Une chose est sûre et certaine, il n’y aura qu’un seul vainqueur à la fin. Et comme dans toute compétition de ce niveau, il y aura des favoris, des outsiders, et des surprises. Alors qui peut enfiler le costume de favoris ? Sur le papier, ce sont les équipes dont la courbe des performances est en constante évolution dans le temps. Un statut qu’il faut après confirmer sur le terrain.

Ce postulat nous amène à nous intéresser à l’effervescence qui s’observe déjà au niveau de certaines équipes dont les encadrements techniques ploient sous le feu des critiques et même vilipendés. C’est le cas du Sénégal, où la presse souffle sur Aliou CISSÉ, pris en grippe par une partie du public après les deux nuls enregistrés face au Congo à Brazzaville et surtout le match contre Eswatini à domicile. Depuis 2017, les Lions ont passé un cap sous sa férule, au point de trôner à la première place du classement FIFA zone Afrique. Mais tout ceci semble insuffisant aux yeux des inconditionnels qui ne jurent que par un sacre à la CAN Cameroun 2021 après la finale perdue, il y a deux ans en Égypte contre l’Algérie. Or, c’est la sérénité autour de lui, qui est la clé des succès enregistrés par l’ancien joueur du PSG. Dans le contexte actuel dominé par les effets de la pandémie du coronavirus, les amoureux des Lions du pays de la térangua doivent se souvenir qu’une addition de talents ne fait pas une équipe conquérante. Cette cuvée des Lions, n’est pas la meilleure génération que le Sénégal a connue. Les excellents joueurs, il y en a toujours eu depuis les Jules BOCANDÉ, Cheikh SECK jusqu’à Sadio MANÉ aujourd’hui en passant par El-hadj DIOUF, Mamadou NIANG. Sauf que c’est la gagne qui a souvent fait défaut. Une faiblesse que Aliou CISSÉ s’attèle à corriger, lui qui capitaine en 2002 a raté sa tentative lors de la séance des tirs au but en finale face au Cameroun. Donc, pourrir l’atmosphère autour de l’équipe à ce moment précis, est un mauvais pari, en cette veille des eliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022.

Autre pays où ça gronde, la Guinée où le jeu du Sily est en deçà des attentes. Didier SIX est pointé du doigt. Certaines voix s’élèvent déjà pour réclamer sa tête, celles qui rêvent de voir la Guinée se qualifier à une phase finale de Coupe du monde. Ce n’est pas non plus la sérénité dans le rang du pays hôte. Le coaching de Conçaceio est mis en doute après la défaite au Cap VERT combinée avec le nul face au Rwanda.

Le ton vient ainsi d’être donné par l’actualité, et si on n’y prend garde ce vent risque d’affecter les équipes surtout taillées pour aller loin dans la compétition. Attention !

OUOROU-ASSO BABERI

73 vues

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *