Trahi par sa fiancée: Il se donne la mort

 Trahi par sa fiancée: Il se donne la mort

Une scène horrible s’est produite il y a de cela quelques jours au Cameroun. Un jeune homme se donne la mort par pendaison car frustré par la trahison de sa dulcinée.

Paul André, jeune ingénieur en électricité en formation à Douala, est en relation avec Micheline jeune étudiante à Yaoundé. C’est une relation bien consentie par les deux et reconnue par leurs parents respectifs. Paul devrait finir sa formation en Novembre prochain avec à la clé l’obtention de son diplôme. Mais en attendant, il travaille dans certaines  entreprises afin de subvenir à ses besoins et de s’occuper de sa fiancée notamment son loyer et sa nutrition à Yaoundé. Pour raison professionnelle, pour l’un et d’étude pour l’autre, les deux amoureux vivaient une relation à distance. Tout baigne car les deux tourtereaux se retrouvent chaque weekend soit à Yaoundé quand Paul se déplace ou à Douala quand Micheline effectue le mouvement contraire. Des weekends chargés et riches en événements festifs. Malgré cela, Micheline entretien une relation parallèle avec un autre homme. Ses voisins mettent la puce à l’oreille de Paul. Étonné, il n’en croit pas à ses yeux.   La source poursuit en révélant que Micheline est régulièrement aperçue dans le véhicule de son amant. La série sur le gâteau est que ce dernier passait des nuits dans la chambre qu’il a louée à sa fiancée.

Pour lever toute équivoque, Paul met en place une stratégie pour vérifier l’information. C’est ainsi qu’il se rend à Yaoundé en pleine semaine, un jour où il est censé être au travail. Contre toute attente, il aperçut un véhicule garé devant leur portillon. Son cœur a failli lâcher mais il s’est ressaisi très vite car il faut aller jusqu’au bout. Un coup d’œil sur la véranda et il vit une paire de babouche trop grande pour appartenir à sa dulcinée. Ainsi il a commencé à se poser beaucoup de questions sans avoir la réponse. Il poursuit tout de même sa curiosité. Paul ouvre doucement la porte de la chambre qui n’était pas fermée à clé et c’est l’hécatombe. Il voit  Micheline et son amant blotties l’un contre l’autre. Les deux étaient dans les bras de Morphée nus et dans un sommeil profond après une bonne partie de jouissance.

Paul André retient donc souffle, un instant après il prend les images  grâce à son téléphone portable. Avant de partir il laisse deux babioles pour signifier son passage. Le lendemain, il envoie les photos à Micheline avec un petit message. « Ne dis pas qu’on me l’a raconté, j’étais là. Je t’ai d’ailleurs rapporté le thermos et le power bank que tu avais laissé à Douala. Tu ne me verras plus jamais ». Très déçu et démoralisé, il s’est confié à ses sœurs qui ont essayé de le consoler mais hélas. De retour chez lui, il a posé un acte ignoble.

Sans nouvelles de lui depuis la scène décevante et après de multiples appels en vains, ses sœurs se rendirent chez lui. Un voisin raconte avoir attendu un grand bruit venant de sa chambre dans la nuit du lundi au mardi. Ainsi donc sa porte hermétiquement fermée a été défoncée. Et là c’était la catastrophe. 

Une odeur nauséabonde les envahisse. Le corps de Paul en début de décomposition a été découvert. C’était la panique générale, tout le monde était pris d’angoisses. Chacun regardait l’autre sans mot, le bruit entendu l’avant-veille serait celui de la rupture du chevron sur lequel il avait passé la corde pour se pendre. Ses sœurs se sont fondues en larmes et lamentations. C’est dans une ambiance lourde teintée de tristesse que la dépouille mortelle a été conduite au village pour inhumation. La police a été saisie pour les enquêtes d’usage.

Léopold GBEGAN

Articles similaires