Thèse de doctorat : Mention très honorable pour Basile Konmy

 Thèse de doctorat : Mention très honorable pour Basile Konmy

Attaché de recherche et d’enseignement de l’Université d’Abomey-Calavi, Boni Saka Basile Konmy a défendu dans la salle Sokpon de la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de d’Abomey-Calavi, sa thèse devant un jury international présidé par le Professeur Titulaire des Universités du Cames, Issaka Youssao Abdou Karim.  L’impétrant en est sorti avec une mention très honorable.

Contribuer à l’amélioration des paramètres de production des lapins par l’utilisation des plantes médicinales tropicales, dotées de potentialités antiparasitaires et à haute valeur nutritionnelle. C’est l’objectif principal qui a inspiré le candidat à la thèse de doctorat de l’Université d’Abomey-Calavi, Boni Saka Basile Konmy à se lancer sur le chantier des recherches. Il a en effet, travaillé sur le thème  » Applications zootechniques pour l’amélioration de la productivité des lapins (Oryctolagus cuniculus) par trois plantes médicinales tropicales, cas de Moringa oleifera, de Ocimum gratissimum et de Vernonia amygadlina « . Dans ses recherches, il s’est appesanti sur les constats scientifiques et institutionnels qui établissent l’existence du phénomène. « Depuis plusieurs années, les populations africaines font faces à une carence de protéines d’origine animale. Au Bénin, le sous-secteur de l’élevage contribue à hauteur de 14,8% au PIB agricole. Cependant, les productions de viande ne couvrent pas les besoins en protéines animales de la population. Compte tenu du manque d’espace pour l’élevage du gros bétail dans les zones à forte densité de peuplement, le développement de la cuniculture apparaît comme une alternative pour la lutte contre la malnutrition protéique », a-t-il expliqué tout en indiquant que « La santé de ces lapins en engraissement est difficile à maîtriser en élevage à cause des troubles digestifs fréquents liés à l’aliment et aux molécules de synthèses qui ne sont toujours pas efficaces. Il urge alors de rechercher des solutions alternatives afin de satisfaire les besoins de cet élevage et ceci, sans préjudice sur la santé des consommateurs. Ainsi, trois plantes à savoir Moringa oleifera, Ocimum gratissimum et Vernonia amygdalina ont été retenues suite à une enquête ethnobotanique et une étude bibliographique ».

Et d’après ses recherches, il ressort « des expériences menées que les feuilles de ces trois plantes ont augmenté les performances de croissances des lapins sans aucun effet délétère sur leur santé. Ces feuilles ont également permis de réduire considérablement les parasites gastro-intestinaux et d’améliorer la défense immunitaire chez ces lapins ». Cette thèse dira l’impétrant a établi « l’intérêt de l’incorporation de trois plantes médicinales tropicales dans l’alimentation et la santé du lapin domestique et ouvre des perspectives pour établir des pratiques innovantes et bénéfiques à la production cunicole biologique et conventionnelle ».

Les travaux effectués sous la direction du Professeur Titulaire des Universités du Cames, Lamine Saïd Baba-Moussa et codirigés par le Maître de Conférences des Universités du Cames, Dr. Sanni-yo Doko Allou ont été bien appréciés par les membres du jury, Pr Jacques Alain Bertrand Dongmo, Professeur Titulaire, Université de Douala, Cameroun (Rapporteur), Dr. Adama Kaboré, Directeur de Recherche, Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique, Burkina Faso (Rapporteur), Dr. Pascal Abiodoun Olounladé, Maître de Conférences, Université Nationale d’Agriculture, Bénin (Examinateur) et le président Professeur Titulaire des Universités du Cames, Issaka Youssao Abdou Karim. Ils ont à tour de rôle félicité l’impétrant pour avoir choisi un sujet pertinent et d’actualité, un sujet traité avec une méthodologie rigoureuse et les résultats obtenus sont très intéressants. Ils n’ont pas manqué d’apporter leurs contributions pour l’amélioration du travail. A l’issue des délibérations, le jury international a déclaré l’impétrant digne du grade de Docteur de l’Université d’Abomey-Calavi en Biochimie-Immunologie-Zootechnie et lui a décerné la mention très honorable.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires