Secteur du numérique et de la digitalisation au Bénin : Les innovations du volet éducation

 Secteur du numérique et de la digitalisation au Bénin : Les innovations du volet éducation

Notre grand dossier sur le bilan des 12 premiers mois du second quinquennat du président Patrice Talon dans le secteur du numérique se poursuit. Il sera question dans ce numéro du volet e-éducation. Comme ailleurs, les innovations sont à foison.

Pour réussir la numérisation de l’éducation et les recherches universitaires, il faut de bonnes infrastructures. Ce qui passe par la connectivité, l’interconnectivité. « Le processus est enclenché déjà au niveau de l’enseignement supérieur avec le projet de Réseau béninois d’éducation et de recherche. Dix (10) sites universitaires sont, déjà, connectés. La phase 2 prévoit interconnecter les 12 sites restants. Les études sont en cours » a rassuré la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou.

Dans les autres ordres d’enseignement, le secondaire notamment, le numérique reste un outil d’apprentissage mais aussi une matière à enseigner à l’école. Selon la ministre, le gouvernement mise beaucoup sur l’enseignement technique et la formation professionnelle. De ce fait, l’accent est mis sur le fait qu’en plus d’apprendre un métier où d’avoir des diplômes, l’acquisition des compétences dans le numérique est importante. C’est dans cet ordre d’idée que s’inscrit le volet d’équipements de certains établissements avec les classes numériques. Dans cette dynamique, les enseignants ne sont pas épargnés. Ils sont amenés à intégrer le numérique dans leur façon d’enseigner. « C’est tout ça qu’on met dans le projet e-éducation plus tous les autres services dans nos universités, les inscriptions, le fait de donner les résultats en ligne, nous avons vu l’engouement que cela a suscité » a indiqué Aurélie Adam Soulé Zoumarou.

L’école des métiers du numérique

C’est un projet qui vient « répondre aux besoins de compétences techniques pour les projets de déploiement de fibres » a expliqué la ministre. Le premier cursus de l’école va porter sur les techniciens d’intervention télécom. Après, cela va s’élargir pour prendre en compte les autres compétences numériques. « Nous aurons des cursus par exemple comme les référents digitaux qui vont être un peu les guides dans les PME pour leur transformation numérique » a confié Aurelie Adam Soulé Zoumarou. L’école du numérique, à vocation, à offrir des formations de courtes durées avec les compétences pointues. Des compétences utilisables par les entreprises. A en croire la ministre, beaucoup d’entreprises sont déjà impatientes de pouvoir avoir les apprenants, les diplômés certifiés de cet établissement pour pouvoir les utiliser. « Donc nous sommes dans la phase active de mise en œuvre de ce projet », a-t-elle ajouté.

Quid des dérives

Les scandales de sextape, d’extorsion de fonds qui se multiplient sont, en quelque sorte, le revers de la médaille. Même si l’éducation à l’usage du numérique compte beaucoup au Bénin et que le gouvernement met assez de moyens d’après la ministre, des actions concrètes sont menées. Mais avant tout c’est une question d’accompagnement. « Il faut guider les apprenants, il faut leur montrer aussi l’autre face de l’accès à toutes les ressources numériques en ligne » estime Aurelie Adam Soulé Zoumarou.

Arnaud ACAPKO (Coll)

Articles similaires