SARC : Une vocation pour les enfants abandonnés

 SARC : Une vocation pour les enfants abandonnés

Depuis des années, l’Ong Cris d’amour des Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ (SARC) accompagne les enfants abandonnés et orphelins. Cette vocation a pris corps à Djrèrègbé, arrondissement de Sèmè-Podji. Guidé par l’amour du Seigneur Jésus-Christ, SARC a encore honoré, comme à son habitude, en décembre 2021, ce noble engagement envers ces personnes vulnérables et laissés-pour-compte.

« Laissez donc les petits enfants venir à moi, ne les en empêchez pas » a dit Jésus dans Marc 10:14. Mieux Il a enseigné que chaque fois que l’on fera du bien aux malades, démunis et orphelins c’est à Lui que les gens le font, (Matthieu 25:40). Ces paroles, les Sœurs de l’Ong SARC l’ont méditée et s’en servent comme ligne directrice de leurs actions dans la société. Plus de 200 enfants, orphelins de père, de mère ou des deux parents ont participé à une journée festive et récréative organisée le 27 décembre dernier. La journée a été marquée par des moments de chants, de prestations artistiques, de ballets et concours de danse et surtout une agape. Qu’ils soient chrétiens, musulmans ou issus des religions endogènes, ces enfants ont passé une journée de communion dans l’amour et la fraternité. Pour finir, ils sont repartis chacun avec un tissu. L’instant d’une journée, ces enfants sont couvés par l’amour du Christ rédempteur grâce à l’affection des sœurs servantes.

Une fête gâchée par la Covid-19

Même si les mesures barrières sont allégées par le gouvernement ces derniers jours, la Covid-19 a affecté l’édition 2021 de la fête de Noël des orphelins de l’ONG SARC. Aux dires de la sœur Denise Zinsou les moyens ont manqué pour une bonne organisation parce que des donateurs ont manqué à l’appel. « Contrairement à l’année passée et à nos prévisions, il y a eu plus d’enfants que prévu. Ça a bouleversé nos plans. Conséquences, tous les enfants n’ont pas reçu de cadeaux. C’est ce qui a fait que notre joie n’a pas été totale. Mais nous rendons grâce à notre Seigneur Jésus-Christ car tout ce qu’il fait est bon » a-t-elle confié  avec un sourire un peu contenu. Malgré ces difficultés, les enfants, présents, ont mangé, chanté, dansé et sont repartis, chacun, avec du tissu. « Ces enfants n’ont souvent personne pour leur coudre un habit neuf et le jour des fêtes, ils sont différents des autres le plus souvent. Donc nous avons opté pour le tissu afin qu’ils gardent un souvenir de la fête de 2021. Mieux, très souvent, les jouets ne durent que le temps des fêtes alors que le tissu peut aller bien au-delà. Chaque fois qu’ils le mettront, ils vont penser à Noël 2021 » a fait savoir la sœur Marcelle Chéhouenou.

Faut-il le préciser, ce n’est pas seulement à l’occasion des fêtes de fin d’année que les enfants requièrent l’attention des sœurs religieuses. Ils sont sous la supervision de l’équipe du SARC, inscrits à l’école ou initiés à l’artisanat selon les cas. L’ambition de cette organisation dirigée étant de parvenir à une société inclusive dans laquelle, les enfants, quelle que soient leur situation sociale et familiale vivent dans la joie, la fraternité et l’amour.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires