Recrudescence des actes d’insécurité au Bénin: Triste réalité

 Recrudescence des actes d’insécurité au Bénin: Triste réalité

Au Benin, les fins d’années riment très souvent avec la recrudescence de l’insécurité. Avis de recherche d’enfants, d’adolescents, faits divers, découvertes macabres, les accidents circulation sont les mauvaises nouvelles qui s’enchaînent dans les différents canaux de diffusion d’informations. Même si chaque fin d’année, les populations souhaitent passer ces moments paisiblement, l’année 2021 connaît déjà des événements malheureux. La prudence s’impose donc.

Peut-on affirmer du coup que  l’approche des fêtes de fin d’année constitue désormais une période dangereuse pour les Béninois ? On est bien tenté de répondre par l’affirmatif. Et pour cause, un enfant de 5 ans froidement poignardé à Akassato, une jeune fille égorgée par son petit ami aux alentours de Cotonou, le corps d’un enfant et d’un homme retrouvés mort à Tchaourou, et à Banikoara, l’excès de vitesse engendre 9 morts à Boko à quelques kilomètres de Parakou, des cambriolages et vols de motos à Kandi.. sont entre autres les premiers signaux de cette fin d’année 2021.

Face à ce tableau sombre, il urge que chaque acteur  de la chaîne de la sécurité prenne ses responsabilités.  De la famille en passant par les chefs quartiers et les forces de sécurité,  la vigilance doit être redoublée à chaque niveau. Ainsi déjà les parents doivent s’assurer des déplacements et fréquentations de leurs progénitures pour éviter toutes mauvaises surprises. Dans les quartiers,  la solidarité doit être agissante contre tout mouvement ou comportement suspect. Quant aux forces de défense et de sécurité,  la mission première est de relever le défi du maintien de l’ordre, anticiper sur les intentions des Hors la loi en collaboration étroite avec les populations et assurer avec les moyens de bord une fin d’année paisible à ces derniers.

Cependant cela ne  serait possible  sans un minimum de remise question de chaque acteur.  D’abord l’incivisme sur nos routes constitue l’élément fondamental des accidents de circulation. La fin d’année est le moment choisi par les populations pour s’adonner à l’excès de vitesse, aux surcharges et autres violations du code de la route.  Conséquence,  des séries d’accidents évitables et des morts en cascade. Pour sauver des vies à ce niveau, les forces de l’ordre ont l’obligation de ne pas fermer les yeux sur les comportements inadmissibles des conducteurs. L’autre chose est qu’en fin d’année la cupidité des ritualistes augmente et ils  sont prêts à tout pour se faire de l’argent d’où les multiples cas d’enlèvement d’enfants et d’adolescents car étant les plus vulnérables. Il urge donc que les parents redoublent de vigilance et que la police soit beaucoup plus entreprenante.

Bachirou ISSA

Articles similaires