Qualification des Ecureuils U-20 à la CAN 2023: Les journalistes se prononcent

 Qualification des Ecureuils U-20 à la CAN 2023: Les journalistes se prononcent

Malgré leur défaite en finale du tournoi U20 de l’Union des Fédérations ouest-africaines de football (Ufoa) de la zone B qui s’est déroulé à Niamey (Niger), face aux Flyng Eagles du Nigeria (3-1), Les Ecureuils juniors du Bénin ont tout de même composté leur billet pour la Coupe d’Afrique des Nations U-20, Egypte 2023. Une excellente performance réalisée par Mathias Déguénon et ses poulains, synonyme de la troisième qualification du Bénin à la phase finale de la CAN U-20. Pour les Hommes des médias qui ont accepté s’exprimer à notre micro, la sélection béninoise a été héroïque

Ambroise ZINSOU,  VISA INFO

« Ils ont été simplement Héroïques! Pour la deuxième qualification sur le terrain après celle de 2013 pour le Championnat d’Afrique des U-20 en Algérie, les Écureuils U-20 du Bénin ont été somptueux. Personne, en tout cas rares sont ces acteurs qui vont prédire une telle qualification. Malgré une préparation en demi-teinte, Mathias Déguénon, son adjoint Luc René Mensah, les joueurs et tout le staff technique ont juste fait l’impossible. Et comme « Impossible n’est pas Béninois », ils sont parvenus à inscrire le nom du Bénin parmi les Nations qui seront présentes aux Pieds des Pyramides pour le compte de ce Championnat d’Afrique des U-20 Égypte 2023. Pour une nouvelle fois, le 229 serait sous les feux de la rampe dans cette compétition des catégories d’âge. Aujourd’hui, il faut une fière chandelle aux vrais acteurs de cette historique qualification. Le Bénin qui ne brille pas dans ces compétitions a désormais le cul bordé de nouilles pour se faire une place pour le prochain Championnat du Monde de la catégorie. Après l’épopée de 2005 en Hollande après avoir organisé la Can Juniors et la qualification à Algérie 2013, le Bénin n’a plus goûté aux délices d’un tel événement. Maintenant que le chemin est balisé, le Bénin sera attendu en Égypte avant une éventuelle qualification pour le Championnat du Monde des U-20. Et pour ce faire, il est important de revoir les modes et les méthodes. Une équipe nationale relève du patrimoine de l’État qui doit sortir les gros moyens. Il ne s’agit pas de faire manger la vache enragée aux principaux acteurs (Sélectionneurs et Joueurs) pour faire de la récupération après des exploits. Nul n’ignore le niveau réel du football béninois qui est passé sous les fourches caudines et qui se remet à petit coup avec un championnat à format inédit. Il est question de donner les moyens au staff technique et de leur créer des conditions optimales afin que les résultats escomptés soient véritablement atteints. Le sérieux dans la préparation et dans le travail doit passer par tous les niveaux. Le staff technique aussi doit œuvrer pour éviter de tomber dans le troisième. Il faut sélectionner les meilleurs des meilleurs. C’est est à ce seul prix que le Bénin sortira gagnant de cette compétition pour laquelle, les autorités s’y attendent le moins. On ne veut pas la mort du pécheur…! »

Herman Rodrigue AMEGAN, Journaliste à l’ORTB

Ces jeunes sont à célébrer. Ils ont quitté Cotonou dans l’anonymat le plus lugubre et ils reviennent en héros. Personne n’aurait misé une petite pièce sur cette équipe qui par la suite a démontré de très belles valeurs : la vaillance, la solidité défensive et la solidarité. Certes tout n’était pas rose, il y a eu des erreurs de jeunesse qui vont être corrigées sans doute avec le temps et le métier qu’ils vont accumuler dans leur progression, mais il y a dans cette équipe un vrai projet de jeu, clair, lisible. Et il faut s’en réjouir. Je pense que cette finale jouée et par ricochet cette qualification obtenue pour la CAN-U20 est le fruit de la régularité de notre championnat. Observez que depuis le dernier tournoi de l’UFOA B qu’on a abrité chez nous, les jeunes n’ont pas cessé de jouer. Le ballon roule et ils ont presque 50 voire 60 matches dans les jambes. Et des valeurs sûres se sont révélées. Cette fraîcheur physique s’est fait ressentir sur la compétition où le Benin était très adulé sur ce point. Malgré la préparation bancale avec très peu de moyens, les jeunes ont réussi le miracle. Reste cette fois ci à dégager le noyau central de l’équipe, l’étoffer au besoin et pourvoir à des regroupements réguliers pour développer davantage la cohésion afin d’atterrir en 2023 en Égypte avec une équipe aguerrie qui pourra faire rêver le peuple béninois comme en 2005, même si là c’était à domicile. Toujours est-il qu’avec l’état d’esprit affiché à Niamey, le public sportif a des raisons d’y croire. Et surtout pourquoi pas certains de ces jeunes pourraient se retrouver dans l’antichambre de la sélection fanion, ce qui constituerait pour eux une source de motivation supplémentaire. Ils ont une histoire à écrire, leur histoire. Qu’ils l’écrivent à l’encre de la performance.

Nouhoum Adamou BIAOU, Journaliste à Solidarité FM de Djougou

« Franchement je suis très ému de la prestation de notre équipe nationale junior. D’abord, on ne vendait pas chère la peau de ces jeunes avant leur départ pour Niamey. La preuve, l’équipe a voyagé à la veille de l’événement. Mais malgré ces ratés organisationnels, les joueurs animés d’une détermination et d’un mental d’acier ont tout simplement transformé   ces faiblesses en une opportunité. En phase de poules, ils ont négocié chaque match selon l’adversaire en face. La demi-finale j’ai aimé la manière, le savoir-faire des nôtres. Malgré la mauvaise appréciation de l’arbitre sur un fait de jeu qui a couté un penalty et l’exclusion du défenseur béninois, ils n’ont pas baissé le rythme. Cette deuxième place occupée par les écureuils juniors est la preuve que nous avons du potentiel sur le plan local et il suffit de travailler pour bien les polir. Je tire chapeau à tous les acteurs (entraîneurs et joueurs) car, l’objectif c’est la qualification à la a CAN 2023 et c’est fait.  Bravos à tous !!! »

Mesmin AFANOU, Journaliste sportif à CAPP FM

« Se qualifier pour la phase finale d’une compétition continentale est et demeure la quête perpétuelle de chaque nation de football. Les Écureuils Juniors, pour la troisième fois après 2005 à domicile, 2013 en Algérie, vont se mesurer aux meilleurs joueurs de leur catégorie en Egypte du 18 février au 12 mars 2023. La qualification des Écureuils du Bénin à cette Can est sans doute le fruit de la régularité de notre championnat et dans une certaine mesure la volonté des autorités sportives béninoises actuelles de tourner dos à l’amateurisme en ce qui concerne les ressources humaines à mettre en branle pour l’atteinte de nos objectifs. Dès la phase de groupe, nous avons noté avec satisfaction le réalisme des jeunes béninois. Sur  l’ensemble de la compétition au Niger, les juniors béninois ont montré de la détermination et surtout cette envie d’honorer le drapeau tricolore. Je pense fondamentalement que pour la phase finale en Egypte, il est important de renforcer l’effectif par d’autres jeunes d’ici et d’ailleurs et surtout de tenir un bon discours à leur endroit. Aujourd’hui dans le football, ce sont les résultats qui comptent et c’est apparemment ce que le duo Mathias Déguénon et Luc René Mensah a inculqué dans le mental de Farid, de Rivaldo, de Zoukareini et de leurs coéquipiers qui malgré la finale perdue face aux Flyng Eagles du Nigeria, nous ont régalé par de belles phases de jeu, empreintes d’efficacité. Je dirai que les réformes entamées pour le développement du sport national sont en train de prendre et qu’il va falloir davantage encourager ces jeunes talents à continuer ainsi de révéler notre football. Une chose qui me tient à cœur est qu’il va falloir continuer de faire confiance au staff actuel des Écureuils juniors…il ne sert à rien de chercher à recruter un autre sélectionneur pour aller en Egypte. »

Léonard SONEHEKPON, Journaliste au Groupe de Presse La Gazette du Golfe

« C’est toujours une bonne chose de voir une sélection nationale peu importe la catégorie d’âge franchir un cap et représenter le drapeau du Bénin sur la scène continentale notamment la CAN Junior. C’est donc un sentiment de fierté qui m’anime. Cependant, cette qualification des U-20 à cette échéance n’est que le début, il faudra faire tout un travail derrière surtout de préparation dans tous les compartiments pour ne pas faire piètre figure au Pays des Pharaons. »

René SOGLO, Journaliste sportif à Fraternité FM  de Parakou

« Les Ecureuils juniors du Bénin ont décroché, de hautes luttes à Niamey avec à la clé leur qualification pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (Can) juniors Egypte 2023.Il s’agit d’un parcours qui force l’admiration et qui met en valeur notre championnat de football dont les fruits sont déjà Visibles en quelques mois de régularité. Si un accent est mis sur le suivi, le Bénin a encore de beaux jours devant lui et ne devrait pas s’inquiéter pour la relève. Mention spéciale pour le coach Mathias Déguénon et ses poulains qui ont raté le sacre final mais ont marqué les esprits. »

Abdul Fataï SANNI, journaliste sportif à Matin Libre

« Mes impressions sont les meilleures sur la présentation de l’équipe nationale U20 Bénin. Durant la compétition, on a vu une équipe engagée, déterminée, volontaire et ambitieuse qui allait véritablement au charbon. On a une équipe physiquement au point, tactiquement en place et techniquement au-dessus de la moyenne. On a vu une équipe qui était à l’écoute de leur entraîneur, je veux parler de Mathias Déguénon qui entre désormais dans l’histoire. Pour rappel, Il était l’adjoint de Ulrich Alohountadé lors de la qualification du Bénin pour la CAN U-20 Algérie 2013, et maintenant, étant titulaire, il réalise le même exploit. Il faut aussi dire que ce résultat est le fruit de la régularité du championnat béninois à tous les niveaux depuis quelques années. A cela s’ajoutent les initiatives de formation qui se créent un peu partout dans le pays sans oublier les infrastructures construites dans une vingtaine de commune pour permettre à la jeunesse de s’épanouir dans les conditions normales de température et de pression. Et les fruits sont là. Mais ce n’est pas encore une fin en soi. Le travail doit continuer. L’équipe doit être encore renforcée, presque dans tous les  compartiments de jeu. Le staff technique a encore quelques mois pour trouver les oiseaux rares pouvant apporter un plus à cette équipe qui a montré, non seulement de belle chose mais prouver que le travail à la base est indispensable. »

Assouma BACHIROU, Tribune de la Capitale

« Mes impressions sont très bonnes après cette finale perdue les armes à la main de nos vaillants Écureuils juniors face au Nigeria à Niamey. Ma satisfaction est d’autant plus grande quant à leur qualification historique pour la prochaine Can de leur catégorie. Ils ont  fait circuler la balle et ont véritablement mouillé leurs maillots pour la cause nationale. C’est ça le patriotisme qu’on devrait sentir chez les séniors contre la Sierra Leone en éliminatoires de la dernière Can, mais hélas ! Je crois que techniquement, tactiquement et physiquement, nos Juniors ont tenu bon parce que la Ligue professionnelle est en cours. Il va falloir maintenir le cap afin que le Bénin ne soit pas ridicule à la Can Juniors en Egypte en 2023. Bon vent à eux ! Et que vive le Bénin! »

Arthur SELO, journaliste sportif à Banouto  

« Je veux féliciter les acteurs qui ont rendu possible, cette qualification pour la CAN junior Egypte 2023. Je veux parler des joueurs et du staff technique. Ils ne doivent rien à personne. Ils sont allés décrocher leur qualification au bout d’une compétition aboutie. A part eux même, honnêtement qui croyait à cette équipe ? Une équipe montée pratiquement à quelques semaines de la compétition qui a terminé en tête de son groupe A, qui élimine le Burkina-Faso en demi-finale. En finale, l’équipe peut nourrir des regrets notamment celui d’avoir eu un arbitrage scandaleux. Cet arbitre a plombé cette finale en sifflant ce pénalty inexistant et ce carton rouge alors que le Nigéria peinait à exister. Quand vous tombez dans un scénario pareil en tant que jeune, il est difficile pour vous de vous relever et continuer le match comme cela se doit. Après, sur les deux derniers buts, je pense que le gardien béninois n’est pas exempt de tout reproche. Les jeunes n’ont pas à rougir de leur performance. Ils nous ont rendus fiers à bien des égards. L’équipe a du mérite et a montré que les catégories d’âge ont besoin aussi d’être une priorité. Un peu de tout l’accompagnement dont on abreuve l’équipe A, doit pouvoir être donnée aux jeunes pour assurer une bonne relève. Maintenant, j’espère qu’on mettra les moyens pour permettre au staff de travailler afin de présenter une équipe encore meilleure pour la CAN dans moins d’un an. »

Réalisation : Damien TOLOMISSI

Articles similaires