Mois du « Consommons Local  » : Couleur Indigo révèle le Bénin

 Mois du « Consommons Local  » : Couleur Indigo révèle le Bénin

Deuxième édition du Mois du “Consommons Local ” lancé par le gouvernement béninois le 1er octobre 2021. L’Atelier Couleur Indigo en collaboration avec le collectif des artisans de Ouidah n’est pas resté en marge de cet important événement. Dans ce cadre, la promotrice Nadia Adanlé a offert jeudi 14 octobre dernier, un déjeuner de presse suivi d’une exposition-découverte- vente au profit des professionnels des médias.

Le Mois du “Consommons Local “, est une initiative des Ministres du Commerce de l’UEMOA, union monétaire ouest africaine. Elle vise la promotion des produits locaux, la promotion du secteur privé régional ainsi que l’intensification des échanges intracommunautaires. Cette deuxième édition    permet de poursuivre les échanges sur l’état des lieux de la consommation des produits Made in Benin. La patronne de couleur indigo apporte son grain de sel pour la réussite de l’édition 2021.  Plongé dans un décor somptueux, aux couleurs Indigo, la presse Béninoise et internationale, conviées à ce déjeuner s’est également nourris de la palette d’œuvres made in Bénin, fruit de l’ingéniosité de nos artisans. « Par cette rencontre nous entendons faire non seulement découvrir les produits locaux à vous professionnels des médias mais également échanger avec vous sur l’importance de faire du consommons local son quotidien », a confié à la presse la promotrice de l’Atelier Couleur Indigo. Pour Nadia Adanlé, Le consommons Local rime avec le patriotisme mais n’est pas synonyme de consommer moins cher. « Ne regardons pas la valeur vénale qu’il y a derrière nos achats, fixons désormais nos regards sur la valeur patriotique, historique et culturelle et c’est ça qui fera notre bonheur », a-t-elle poursuivi. Elle ajoute « Nous sommes dans des espaces économiques où nous ne pesons pas grand-chose. Si nos produits sont si chers c’est parce que le marché béninois n’est pas grand ».  Aussi a-t-elle indiqué que Le consommons local, plus qu’un concept est un problème d’éducation. « En consommant les produits locaux, c’est de la santé que je me donne. C’est de l’emploi que je donne à des frères et sœurs. C’est la précarité que je réduis dans mon pays ». C’est pourquoi dira-t-elle « On ne peut pas aujourd’hui manquer de confiance en nos produits locaux. Car il suffit que le produit soit bon et accessible pour s’imposer et être vendu ».

En prenant la parole, Luc Achille Quenum, président du collectif de Ouidah a indiqué que l’artisanat occupe une place de choix dans le développement de toute nation. « Sans l’artisanat, rien ne peut prospérer dans un pays.  Après le mois d’octobre, Mois du Consommons Local, à Ouidah, chaque jour que Dieu fait, nous les artisans, allons toujours œuvrer pour qu’on soit le centre du tourisme ».

Plusieurs articles exposés

Compte tenu de la pandémie du coronavirus, une dizaine d’artisans ont eu l’occasion d’exposer leurs œuvres. Des stands de part et d’autre forcent l’admiration du visiteur qui découvre des produits locaux faits ou dérivés de toutes sortes. Poterie, tapis, couvre-verre, nattes, tableaux pour la décoration, des sacs, des machines de décorticage, des tissus, des pagnes, des jus… « Nadia Adanlé a réussi son pari en ouvrant cette fenêtre sur la production des artisans de Ouidah. Un combat patriotique que mène la promotrice de couleur indigo, qui mérite d’être soutenu. Elle est en train de révolutionner le milieu de l’artisanat à Ouidah », confie un visiteur.

Couleur indigo un label

Créé en 2007 au Bénin. Couleur indigo est situé à Ouidah au quartier X Womey. Elle propose une gamme variée de tissu teint à l’indigo renommé « Élu ».   Après la production de feuilles d’’indigotier, Nadia Adanlé et son équipe travaillent sur des teintures végétales et créent une multitude de gammes de tissus et de vêtements prêt-à-porter. Ingénieur Agro-alimentaire de formation, éco-fashioniste et designer-textile, elle capitalise une vingtaine d’années dans le domaine de l’artisanat. Elle offre aussi une source de revenus à des personnes en situation de handicap qui s’occupe du recyclage des déchets textiles, une véritable merveille.  Ces créations sont prisées par des Béninois et des touristes en visite dans la cité historique de Ouidah.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires