Driver Booster - Download Free for Windows 11, 10, 8, 7

Driver Booster: Free updater for Windows 11/10. Renew drivers for graphics, USB, audio, screen, network, printer, and mouse efficiently.!
Get it now for FREE !

Driver Booster Driver Booster Download

Marouf Salami à propos de la situation des transitaires : ”Avant c’était sérieux, maintenant c’est grave”

 Marouf Salami à propos de la situation des transitaires : ”Avant c’était sérieux, maintenant c’est grave”

Le Président de l’Association des Jeunes Déclarants et Mandataires en Douane du Bénin (AJDMDB) était l’invité de l’émission Le Forum Politique sur CAPP FM du mercredi 03 juillet 2024. Si Marouf Salami s’est dit soulagé de voir enfin un début de médiation dans la crise Bénin Niger par les anciens présidents béninois, les tourments des acteurs de la chaîne portuaire restent une préoccupation majeure à laquelle des solutions urgentes doivent être trouvées pour éviter le pire.

Partant du fait que le gouvernement béninois a suivi les recommandations de la CEDEAO après le coup d’État du 26 juillet au Niger, Marouf Salami estime que le président Patrice Talon n’a pas mal agi. Mieux, « Certains oublient que le président de la République est le premier a plaidé pour la levée des sanctions contre le Niger » rappelle le président de l’Association des jeunes déclarants et mandataires en douane du Bénin. Suite aux négociations entamées par Boni Yayi et Nicephore Soglo, une proposition est sortie pour le rétablissement des relations entre les deux pays. C’est une bonne chose car la crise a trop duré selon lui. « Une crise qui est venue empirer la situation professionnelle et financière des acteurs de la chaîne portuaire », a-t-il souligné.

Incompatibilité des réformes avec la réalité du Port

De long en large, Marouf Salami a montré les limites de la vente en ligne. « L’une d’entre elle est liée aux litiges. Des clients ne savent pas exactement la nature des produits achetés, certains ne sont pas livrés. Avant, plusieurs personnes peuvent se partager le contenu d’un conteneur maintenant c’est une personne qui s’en empare. Aussi le problème de connexion est un frein » dénonce-t-il. « La réforme de la vente en ligne des  marchandises frappées de dépôt va donc induire des manques à gagner pour l’Etat Béninois » dira-t-il. Si la vente en ligne est un problème, le secteur des véhicules d’occasion se dégrade de plus en plus. « Tout véhicule qui fait une année en stationnement sur un parc sans être vendu par l’importateur est saisi par la douane qui a le privilège de le vendre, selon texte. Mais la crise Bénin Nigéria, suivie de celle toujours en cours entre le Bénin et le Niger aggravent les choses », a-t-il confié. Le stationnement explique-t-il prend plus de temps car les acheteurs ne viennent plus. Il a aussi dénoncé l’insalubrité des parcs de stationnement des véhicules sortis du Port. Et pourtant des frais sont perçus à cet effet. A en croire le président de l’AJDMDB, le chef de l’État est invité à voir clair dans la gestion de la filière véhicule d’occasion pour mieux la comprendre.  « Avant c’était sérieux, maintenant c’est grave » se désole Marouf Salami.

Des approches de solutions

Pour pallier cette situation de vente en ligne aux fins de préserver les intérêts de l’Etat, « nous souhaiterions que cette réforme soit mise en veille en attendant que la situation se stabilise entre les deux Etats » propose Marouf Salami et ses camarades. Aussi, demande-t-il, une dérogation exceptionnelle pour les opérateurs économiques ou importateurs détenteurs des connaissements originaux, pour les formalités règlementaires d’enlèvement de leurs marchandises par de marchandises conteneurisés, alors qu’elles sont en dépôt. Ils souhaitent « que certains acteurs portuaires éclairés fassent partie du comité de suivi mais tel n’est pas le cas actuellement ».

Pour finir Marouf Salami pense que la détermination du président Patrice Talon a fait évoluer le Bénin dans tous les secteurs est sabotée par la mauvaise foi de certains de ces collaborateurs. Ils demandent à le rencontrer pour mieux lui exposer les problèmes du Port Autonome de Cotonou pour éviter qu’on colle la dégringolade du poumon de l’économie béninoise à son dos.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *