Lutte contre l’impérialisme : L’OPAO mise sur les fonts baptismaux

 Lutte contre l’impérialisme : L’OPAO mise sur les fonts baptismaux

L’Organisation des Peuples de l’Afrique de l’Ouest (OPAO) a vu le jour à la faveur du Congrès constitutif tenu les 9 et 10 décembre 2022 à Wineda au Ghana. Plusieurs pays de l’espace CEDEAO et de la Mauritanie étaient présents lors du Congrès. Il s’agit de la Cote d’ivoire, du Sénégal, du Niger, du Nigéria, du Togo, du Mali, du Burkina-Faso et du Bénin. Ces pays ont été soutenus par la présence au Ghana des représentants l’Afrique du Sud, du Swaziland, la Zambie et la Tunisie. Il y avait aussi une trentaine d’organisations syndicales dont la Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB).

La restitution des travaux du congrès a été faite le jeudi 16 décembre 2022 à la Bourse du travail. Ce sont les délégués du parti Communiste du Bénin (PCB) et de la CSTB qui se sont donnés à cet exercice lors d’un point de presse. Autour de la table au cours de la rencontre avec la presse, la représentante du Comité national des femmes Conab/CSTB, le représentant de l’Union de la Jeunesse Communiste du Bénin (UJCB), le secrétaire général de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB) et le représentant du parti communiste du Bénin. C’est ce dernier qui a restitué les grandes lignes des décisions prises. Mais avant Gilbert Kouassi a fait la genèse de l’OPAO. « Tout est parti du mois d’août 2021 lors du congrès du mouvement socialiste du Ghana et a abouti à la mise en place d’un comité préparatoire au mois de novembre de la même année. Ensuite une seconde réunion s’est tenue en janvier 2022 à Cotonou. Des émissaires sont ensuite partis dans différents pays de l’Afrique de l’Ouest pour prendre langue avec des personnes acquises à la cause. Cette organisation sous régionale et anti impérialiste s’est assignée une mission ». Il consiste dira-t-il à renforcer l’unité de combat à toutes les organisations de l’Afrique de l’ouest notamment membres de la CEDEAO, casser les divisions artificielles entre francophones, lusophones et anglophones que les colons nous ont imposées et faire une symbiose de luttes entre tous nos pays, travailler activement pour le triomphe du patriotisme au pouvoir parce que c’est quand les organisations patriotiques seront au pouvoir que nous pourrons effectivement mettre fin à la domination impérialiste dans nos pays respectifs ».

Ce fut une bonne occasion pour nous travailleurs d’initier « une concertation entre nous dans l’espace CEDEAO en vue de créer une organisation syndicale régionale anti impérialiste devant œuvrer pour la libération de la classe ouvrière de nos différents pays » a indiqué pour sa part Nagnini Kassa Mampo, Secrétaire générale de la CSTB. Représentant l’Union de la Jeunesse communiste du Bénin, Nidol Salami s’est engagé au nom de ses pairs à soutenir l’OPAO dans cette lutte de libération et d’émancipation. « Nous sommes déterminés à faire bloc avec tous les peuples, non seulement de l’Afrique de l’Ouest mais aussi de toute l’Afrique, pour faire face à ces impérialismes » a-t-il souligné dans son message. Et le soutien des femmes ne fera défaut non plus à en croire Françoise Holonou présidente du comité des femmes de la CSTB.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires