Législatives de janvier 2023 : Quelle chance pour les femmes d’aller au-delà des 24 sièges ?

 Législatives de janvier 2023 : Quelle chance pour les femmes d’aller au-delà des 24 sièges ?

De 83, le nombre de sièges à l’Assemblée nationale est passé à 109. Ceci, pour permettre une bonne représentativité des femmes. Une initiative louable qui participe de la promotion de l’approche genre. Vont-elles profiter de la loi électorale, modifiée en 2019 pour avoir plus que 24 sièges.

Un siège dans chaque circonscription électorale pour les femmes. A moins de deux semaines de ces échéances électorales assez cruciales, quelle appropriation les partis politiques ont fait de ces dispositions législatives ? Le positionnement des femmes sur les listes électorales est sans doute un pas décisif vers l’inclusion électorale et la promotion de l’approche genre en politique. Mais les réalités politiques sur le terrain sont toutes autres. Les pesanteurs sociologues d’une part qui font que politiquement, la femme est toujours reléguée au second plan. Là où elle a en face d’elle un adversaire mâle, le choix vire directement en faveur de ce dernier. Cette culture électorale a toujours défavorisé les femmes. Et les prochaines élections législatives seront une exception en la matière. Le positionnement des femmes sur les listes électorales est quasiment acté au sein des formations politiques, au grand bonheur des agodjiê (guerrières) politiques. Une approche politique basée sur la promotion du genre et qui reste la particularité des prochaines élections législatives du 08 janvier 2023. Une part belle est donc faite aux femmes qui sont envoyées sur le front politique pour mouiller le maillot et défendre les idéaux de leur parti. Pour avoir privilégié cette couche sociale, le gouvernement béninois a tenté de réparer une injustice.

Au regard de la pyramide sociale des femmes, c’est plus qu’une nécessité de leur garantir le suffrage universel. C’est à cette responsabilité que sont conviés les partis politiques. Eux qui ont inscrit massivement les femmes sur les listes électorales dans le cadre des prochaines élections législatives. Une manière de maximiser les chances à la victoire et conforter le plus grand nombre de sièges. Une option judicieuse qui tient lieu de la nécessité de donner les chances égales à tous les citoyens, de faire l’expérience du mandat électif. Ce qui est sûr déjà, elles seront 24 sur les 109 sièges déjà une garantie en attendant la fin du scrutin à faire partie de la 9ème législature. La loi électorale, modifiée en 2019, fixe le nombre de députés à 109 dont 24 sièges réservés aux femmes. C’est l’une des conditions pour faire valider sa liste par la commission électorale, sinon c’est le rejet. En cette période de campagne électorale, elles doivent aller sur le terrain pour convaincre le plus grand nombre d’électeurs. Ce n’est qu’à ce seul prix que du simple positionnement la dynamique puisse se pérenniser et s’étendre à tous les paliers de prises de décision.

Patrice ADJAHO

Articles similaires