Législatives 2023 : 7.986 centres de vote

 Législatives 2023 : 7.986 centres de vote

Le code électoral stipule que la Liste Electorale Informatisée (LEI) doit être transmise à la CENA à 60 jours de la date du scrutin. Cette échéance est scrupuleusement respectée par l’Agence Nationale d’Identification des Personnes (ANIP) qui a déjà rendu la Liste électorale informatisée à la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA). Ce qui permet de savoir les différentes statistiques.

Selon le point fait par le gestionnaire mandataire de l’ANIP, la population électorale brute devant participer aux législatives du 8 janvier 2023 est estimée à un total de 6.600.572 d’électeurs répartis sur 17.749 postes de vote et dans 7.986 centres. Cyrille Gougbédji a aussi expliqué qu’au regard de la loi applicable, qu’il y a 8.014 centres de vote. Seulement, 28 ne seront pas utilisés parce que les électeurs ne les ont pas choisis.

Relevant l’esprit de transparence et d’ouverture des responsables de l’ANIP dans la conduite de l’opération, le président de la CENA a salué la célérité dont ils ont fait preuve. « Nous avons apprécié la méthodologie de la conduite de l’établissement de cette liste dont l’aboutissement ne peut être salué. Aussi, Votre acceptation de la doléance des acteurs de la société civile de faire auditer la LEI doit être louée. Nous avons davantage apprécié le résultat de cet audit dont l’issue est rassurante pour tous » se réjouit Sacca Lafia.

Le fichier reçu, la CENA peut désormais passer à une autre phase «  Nous voilà en possession du principal intrant qui nous permettra d’achever la mise en place du dispositif électoral pour le scrutin du 8 janvier 2023. Finies les estimations relativement aux statistiques concernant la population électorale et le nombre de centre de vote et de postes de vote » a dit le président du Conseil Électoral. Cette 33ème  activité  inscrite au tableau de la CENA achevée, elle pense déjà au dossier des déclarations de candidatures. « Il ne nous reste qu’à parachever la détermination des candidatures valides, et cela nous incombe, pour quitter définitivement la zone des évaluations approximatives et savoir à quoi nous tenir pour la confection et l’édition des documents électoraux » a confié Sacca Lafia.

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires