Journée internationale de la jeune fille : L’appel de la Ministre Véronique Tognifodé

 Journée internationale de la jeune fille : L’appel de la  Ministre Véronique Tognifodé

Le Bénin, à l’instar des autres pays membres des Nations Unies, a célébré, lundi 11 octobre 2021, la Journée Internationale des Filles (JIFi). A cette commémoration, la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé a invité le peuple béninois à rester mobilisé pour davantage actions en faveur des filles, mères de demain.

Cette journée de la JIFi est une occasion pour les acteurs intervenant dans la promotion et la protection de la jeune fille, future femme, de faire le bilan des actions menées, les écarts observés dans la mise en œuvre des engagements pris et de réfléchir à des stratégies de résolution des écarts, à des mesures de renforcement et d’accélération des actions. A en croire la Ministre Véronique Tognifodé, le Gouvernement a développé plusieurs programmes tels que le Programme cash plus care qui vise à éradiquer le mariage des enfants et des adolescentes à travers l’élimination de la pauvreté en leur accordant des facilités pour se maintenir dans le système éducatif. «C’est un programme qui a impacté 26000 filles des ménages pauvres identifiés dans plusieurs communes du Bénin», souligne-t-elle. A l’en croire, dans le but de renforcer la protection des filles et de leur assurer un environnement sécurisé, le Gouvernement a transmis, à l’Assemblée nationale pour une étude en procédure d’urgence, un projet de loi portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du sexe des personnes et de protection de la femme en République du Bénin. Selon ses propos, des actions concertées sont menées par ses services et ceux de la police et de la justice pour réprimer les actes de violences sur les filles.

C’est pourquoi elle lance un appel à tous, pour que chacun et chacune puisse rester garant des textes de la République en veillant au respect des droits des filles pour la réalisation des Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030. «C’est un défi à relever car nous ne saurons continuer à briser l’avenir des filles, en perpétuant des attitudes et pratiques défavorables à leur épanouissement», avance-t-elle en restant convaincue, qu’ensemble, les défis auxquels les filles sont confrontées au Bénin seront relevés afin que les indicateurs s’améliorent considérablement.

Patrice ADJAHO

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *