J2 des éliminatoires du mondial, Qatar 2022 : Les Ecureuils contre les Léopards pour confirmer

 J2 des éliminatoires du mondial, Qatar 2022 : Les Ecureuils contre les Léopards pour confirmer

Après le succès à Antananarivo face aux Baréas de Madagascar lors de la première journée des éliminatoires du mondial, Qatar 2022, les Ecureuils du Bénin veulent confirmer leur bon début dans les qualifications en recevant ce lundi 6 septembre à 14 h de Cotonou (13h GMT) au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou de Kouhounou, les Léopards de la République Démocratique du Congo. Un match synonyme de la finale aller entre les deux cadors de ce groupe J.

Victorieux de Madagascar, le Bénin a l’obligation d’enchaîner par une victoire face à la RD Congo à l’occasion de la deuxième journée des qualificatifs pour le mondial Qatar 2022 pour maintenir la flamme de la résurrection.  Premiers de leur groupe avec trois points, les Ecureuils du Bénin ravis savent que la suite vers le Mondial ne serait probablement pas aussi simple. D’où la prudence du sélectionneur Michel Dussuyer. « C’est un bon début. Maintenant, c’est perfectible. Il va falloir continuer sur la même dynamique. C’est pourquoi nous avons besoin de ce deuxième succès même si nous savons que  la tâche sera difficile », a-t-il déclaré en conférence de presse d’avant match tout en ajoutant « La RDC est une grande nation de football. Nous savons à quoi nous attendre».

«Nous sommes leaders. Ça fait du bien d’être en position de premier du groupe. L’objectif de ce lundi est de prendre  les trois points », renchérit le capitaine Khaled Adénon. L’ancien joueur d’Amiens rassure qu’au sein de la tanière des Ecureuils  le moral est au beau fixe. « La victoire acquise face aux malgaches nous fait du bien », a-t-il confié. Aussi dira-t-il qu’il croit en leurs chances de se qualifier pour le mondial. « Lorsqu’on joue une compétition, on se doit d’y croire et de se donner toutes les chances».

Pourquoi la victoire est importante

Après l’élimination face à la Sierra Leone dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations, Cameroun 2021, il urge de relever la tête pour sanctionner par la performance les qualificatifs du mondial.  C’est pourquoi un nul ou la défaite est interdite. En tout cas si on veut s’offrir une place pour titiller les grandes nations du sport-roi sur le continent, la victoire est plus qu’une exigence, histoire de renouer avec la phrase fétiche « Le Bénin est imprenable à domicile ». Car le Nigéria a déjà mis fin en mars dernier à l’invincibilité de 16 matches  à domicile du Bénin (1-0). Cependant, il faut pouvoir être résilient à l’image des guerriers pour faire flotter un drapeau tricolore battu par le vent mais toujours arrimé à son mat.   Et bien plus que par la tactique, ce match va se jouer au mental, à la détermination, la combativité et au sacrifice. Toute chose que Khaled Adénon et ses coéquipiers doivent avoir pour rallumer le feu de la confiance d’un peuple qui n’a pas fini de digérer la désillusion de Conakry.

Le piège à éviter

Pour ce rendez-vous important, où le sélectionneur ambitionne la victoire, Michel Dussuyer pourrait repasser dans un système en 5-4-1 ou 3-5-2, dans lequel Mattéo Ahlinvi joue le rôle du dépositaire de jeu béninois tandis que Steve Mounié affiche une grande complicité sur le front offensif avec Cèbio Soukou.  La principale interrogation porte sur la titularisation ou non de Jodel Dossou qui n’était pas à Antananarivo. Les Ecureuils devront faire attention à ne pas regarder la forme actuelle de la sélection congolaise qui pourrait se métamorphoser au cours de cette rencontre. « La RD Congo demeure toujours une équipe redoutable malgré ces contre-performances de ces derniers temps », souligne un averti de la chose footballistique. Car cette rencontre vaut pour l’histoire, pour l’honneur et pour la fierté d’une véritable résurrection.

 Damien TOLOMISSI

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *