Forages à usage domestique : Le ministre Adambi met fin à la polémique autour

 Forages à usage domestique : Le ministre Adambi met fin à la polémique autour

Finie la polémique autour des forages à usage domestique au Bénin. Le Ministre de l’Eau et des Mines Samou Seidou Adambi est monté au créneau pour clarifier la situation et met ainsi fin à la polémique.

A en croire l’invité des journalistes Christian Adandédjan et André Dossa, sur l’émission Actu Matin du mardi 29 juin 2021, pour construire un forage à usage domestique, la loi ne fait pas obligation aux Béninois de recueillir l’autorisation préalable du ministère. Mais reprécise qu’une fois le forage installé, le propriétaire est obligé d’en informer les autorités notamment le Maire de la commune de la ville avec ampliation à la Direction départementale de l’eau et des mines. «C’est donc, plus une obligation d’information que tout autre chose», a-t-il fait savoir.

Selon ses explications, il se fait qu’au moment de la construction du forage, il n’y a pas de fosses septiques dans les maisons. Mais quand la maison vient à être habitée, les fosses septiques sont utilisées. Au fil du temps, l’eau du forage qui était au début sans danger, finit par être infestée des corps étrangers issus de l’infiltration des eaux souillées des fosses septiques et autres sources de contaminations environnantes. A cet effet, étant donc garant de la bonne santé de la population, l’Etat doit veiller au bien-être de celle-ci. Ainsi, le Ministre préconise aux personnes ayant des forages à la maison, de faire analyser leur eau. Il a ajouté que l’analyse permet de déterminer si l’eau du forage est une eau consommable. «Cette analyse se fait annuellement, au prix maximum de 10000 f CFA», a-t-il laissé entendre avant de rappeler le propriétaire n’a aucune obligation de procéder à ces analyses. Cependant, il exhorte les propriétaires à faire ces analyses le bien-être de la population.

Pour rappel, cette sortie du Ministre Adambi fait suite à la polémique autour de la diffusion d’une note de service du ministère de l’Eau et des Mines relative à la construction et exploitation de forages en République du Bénin. Il en résume qu’il s’agit d’une mauvaise lecture de ladite note.

Patrice ADJAHO

Articles similaires