Fin en apothéose du FIFF Cotonou 2021: Les meilleures œuvres primées

 Fin en apothéose du FIFF Cotonou 2021: Les meilleures œuvres primées

Les rideaux sont tombés le vendredi 11 Février dernier sur la deuxième édition du Festival International des Films de Femmes (FIFF) de Cotonou. A l’occasion de la cérémonie de clôture, les meilleures œuvres cinématographiques ont été primées au bout du suspense.

Pendant quatre jours de projections et de critiques, les membres du jury ont eu droit à d’intenses activités avant de dénicher les cinq films qui méritent des couronnes. Si la plus grande distinction dénommée » l’Amazone d’or a échappé au pays organisateur, le Bénin s’est toutefois illustré à travers l’une de ses dignes filles dans le domaine. Elle a nom  Marianne Hinnouho. Elle a remporté pour le compte du Bénin le trophée de l’Amazone Tella Kpomahou de l’interprétation attribué à la meilleure actrice grâce à son rôle dans le film  » Italè  » de Fleur Gloria Hessou. C’est une fiction de 13mn30s qui a reçu l’approbation des membres du jury. Une distinction qui témoigne du talent de cette figure du cinéma béninois dont l’avenir augure sans doute de belles prouesses.

Le plus grand prix‚ l’Amazone d’or a été attribué au meilleur film de fiction  » Kuma !  » de la réalisatrice malienne Hawa Aliou N’Diaye. Dans ce court métrage de treize longues minutes, la réalisatrice se dresse comme une dénonciation du viol,  la pédophilie et l’inceste. Ce court métrage au dénouement tragique sonne la révolte d’une victime dont la liberté et la paix intérieure résident dans sa vengeance contre son agresseur.  Le public présent qui a eu droit à cette projection a été tenu en haleine tant le silence est assourdissant, les scènes saisissantes. Pour se libérer et sortir sa sœur cadette des griffes de leur père violeur, Anita, l’héroïne du film, décide de mettre fin, à jamais, aux désirs sexuels de leur père. Un véritable chef-d’œuvre

Par ailleurs‚ l’Amazone du documentaire, 2ème prix destiné au meilleur film documentaire a été remporté par  » Ethereality  » de la rwandaise Kantarama Gahigirl. Avec  » La Dernière danse  » ‚ Fatoumata Diallo du Sénégal a décroché l’Amazone du scénario décerné au film-fiction du meilleur scénario. L’Amazone du jury, prix coup de cœur du jury est allé à  » ConfidentiELLES  » de la malgache Rotsy Koloina Andriamanantsda. Un prix spécial dénommé  » Prix spécial Tropics mobile Tv  » (une chaîne basée en Afrique du sud) a été attribué au film  » Ethereality « . La réalisatrice rwandaise‚ Kataram Gahigiri «célèbre le sens de l’africanité. Nous avons été séduits par l’approche narrative. Elle nous montre que l’Afrique c’est notre maison»‚ a salué la représente de la chaîne. La gagnante a reçu notamment un chèque 100mille Francs CFA et un bon de vêtements.

Pour la promotrice de la FIFF, un second pas a été franchi. « Cette édition du FIFF dont le thème a porté sur le Regard du cinéma africain sur la femme rurale a été une réussite grâce aux partenaires et au public béninois qui se sont appropriés l’événement. Je suis vraiment contente et je remercie tous ceux qui ont contribué de loin ou de près à cette belle apothéose. Rendez-vous en 2024 pour la prochaine édition », a déclaré Cornélia Glele

Notons au passage que le jury est composé des caciques du cinéma aussi bien au plan national qu’à l’international. Il s’agit de l’actrice béninoise et militante des droits humains à Amnesty International Sandra Adjaho,  de la réalisatrice belgo- congolaise et fondatrice du premier festival de film au Bénin, Festival Lagunimage Monique Phoba, du professeur d’histoire du cinéma à la Sorbonne -Paris et ancien directeur de la semaine critique du festival de Cannes Charles Tesson et du producteur béninois, producteur du film haïtien à succès » Freda » Faissol Gnonlonfin. Les regards des cinéphiles sont désormais tournés vers la saison prochaine pour la troisième édition du Festival international des films de femmes FIFF

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires