En dépit de la désinformation sur les vaccins anti-Covid19: Les Parakois se vaccinent

 En dépit de la désinformation sur les vaccins anti-Covid19: Les Parakois se vaccinent

Se vacciner ou ne pas se vacciner contre le Covid-19 ? De plus en plus de Parakois préfèrent prendre le risque de recevoir leur dose de vaccin malgré la désinformation largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Malgré la fine pluie qui tombe à Parakou et qui fait hésiter à sortir, ils étaient déjà près de 40 personnes à être présentes au centre de vaccination contre le Covid-19 ce lundi 30 août 2021 à 8 heures. En dépit des masques qui cachent une partie du visage, il était facile de voir que la plupart des candidats étaient dans les cinquante ans bien qu’on y dénombre des jeunes, seuls ou en couple ainsi que quelques membres des forces armées. Assis dans une paillote qui sert à la fois de salle d’attente et de lieu de vaccination, ils attendaient patiemment que l’équipe médicale finisse de s’installer.

Pendant ce temps, les langues se délient. « Moi, je préfère mourir de vaccin que de la maladie », déclare l’un face aux messages abondamment diffusés sur les réseaux sociaux et qui mettent en garde la population face aux soi-disant dangers des vaccins. « Leur pays n’a jamais rien fabriqué et ce sont eux qui s’érigent en experts », dénonce un autre pour qui, au lieu de suivre l’exemple des pays mêmes qui ont mis au point les vaccins, les Béninois se contentent de « raconter du n’importe quoi ».

C’est dans cette ambiance que les agents dédiés à la prévention du Covid-19 travaillent depuis le début de la vaccination il y a plusieurs semaines. En effet, depuis quelque temps, ils sont nombreux à se présenter pour leur seconde dose dans ce Centre Médical (CM) situé entre le Commissariat central, la Bibliothèque départementale et l’Institut français au cœur de la ville de Parakou. C’est aussi l’unique centre de vaccination.

Sur place, une seule équipe de quatre personnes s’affaire. Pendant que trois agents remplissent les formulaires et le carnet de vaccination, le quatrième attend, seringue prête pour injecter la fameuse dose. Face à l’affluence, l’équipe est débordée et les candidats au vaccin impatients face à la lenteur du processus. « On aurait dû mettre en place plus d’une équipe ou même multiplier les centres de vaccination pour une ville grande comme Parakou », opine un candidat las d’attendre depuis 7 heures.

Deux vaccins sont disponibles et le choix est laissé à chacun. Il s’agit de Sinovax pour lequel beaucoup attendent leur seconde dose, et de Johnson and Johnson, qui ne nécessite pas de seconde dose. Sinovax a été développé par la Chine, pays où est apparu le Covid-19 et qui a une longueur d’avance en matière de lutte comparativement aux autres pays. 

Quant au second vaccin disponible, il a été mis au point par les Américains. Le 26 juillet 2021, le gouvernement du Bénin a réceptionné 302.400 doses de ce vaccin Covid-19 offert par le gouvernement américain. En mars 2011 soit un an après le début de la pandémie, le pays a reçu 144,000 doses du vaccin AstraZeneca/Oxford fabriqué sous licence en Inde.

En marge de cette marche, des groupes d’activistes, pour la plupart adeptes des théories de complot, diffusent via les réseaux sociaux des messages invitant à résister contre la vaccination. Ils n’hésitent pas, pour atteindre leurs objectifs, à utiliser de fausses expertises, de faux comptes de personnalités et à détourner des propos de leurs contextes. 

Si de plus en plus de Parakois se font vacciner, il demeure que la grande majorité de la population est sceptique, victime des fausses informations circulant sur les réseaux sociaux.

 Pierre MATCHOUDO

Articles similaires