Eliminatoires coupe du monde Qatar 2022 : Les Écureuils, défi d’une résurrection

 Eliminatoires coupe du monde Qatar 2022 : Les Écureuils, défi d’une résurrection

Après son élimination de la CAN 2021 face à la Sierra Leone, les Ecureuils du Bénin veulent tenter de relever un nouveau défi, celui de la qualification pour le Mondial 2022 au Qatar. Dans ce cadre, ils jouent ce 2 septembre 2021 les Baréas de Madagascar à Antananarivo avant de avant de recevoir la RD Congo le 6 septembre à Cotonou.

La roche tarpéienne n’est pas loin du capitole disent les romains. Les Ecureuils l’ont bien appris à leur dépens. Hier porté en triomphe, aujourd’hui chahuté, le Onze national broie du noir du fait de son élimination à la prochaine Coupe d’Afrique des nations Cameroun 2021. Après le quart de finale en Égypte, le naufrage de Conakry face à la Sierra Leone vient plomber une dynamique dont les prémices de la déchéance avaient déjà commencé par donner des alertes au rouge. A l’orée de cette campagne des éliminatoires de la Coupe du monde, le Benin, se rend en terre malgache avec très peu de certitudes : Un entraîneur sur la braise, un groupe décimé et un temps limité de préparation (seulement une séance à Cotonou avant de prendre départ) du fait du calendrier trop juste.

Michel sans épée ?

Si son arrivée à la tête de la sélection nationale a suscité enthousiasme et rêves justifiés par une CAN 2019, sanctionnée d’une performance improbable, sa légitimité est maintenant plus que jamais remise en question. Le sélectionneur est passé tout près d’un limogeage. Assis désormais sur la braise avec un bail dont la reconduction va se jouer sur les performances des Ecureuils à ces éliminatoires de la Coupe du monde. La mission à lui assignée est sans ambages : Qualifier le pays pour sa première joute mondiale. Un objectif gargantuesque pour Saint Michel qui a l’obligation de bien limer la lame de son épée de combat pour montrer à nouveau qu’il est un vrai tacticien.

Une équipe diminuée

Bien de choses ont bougé dans l’écurie “Ecureuils” depuis 2019. L’effectif a perdu des joueurs clés à l’image de l’icône Stéphane Sessegnon. Et avant d’affronter les Bareas, les rongeurs sont sans, Farbien Farnolle, Olivier Verdon, Jodel Dossou et Sessi d’Almeida. Quatre joueurs cadres, qui, chacun dans son compartiment représente un atout majeur. Verdon, valeur sûre dans l’axe de la défense, Sessi éternel bagarreur au milieu et Jodel principale flèche offensive. A ces quatre s’ajoutent Bourou Samadou et Marcellin Koukpo testés positifs à la Covid-19. Bourou, une promesse sur le flanc gauche de la défense qui a perdu ses hommes habituels (Emmanuel Imorou, parti à la retraite et David Kiki sans club). C’est donc sans arrière gauche de métier que les Écureuils s’apprêtent à affronter des Bareas eux aussi quarts finalistes de la CAN 2019, et éliminés de du rendez-vous de 2021. Les deux nations ont un destin croisé sur ce coup. La dernière confrontation entre Madagascar et Benin à Antanarivo remonte à 1999 où les deux équipes se sont séparées sur un score de 1 but partout. Le but béninois était l’œuvre de Jaurès Corea. 22 ans plus tard, les retrouvailles pour une bataille de survie. Surtout après la catastrophe de Conakry, il est urgent de relever la tête.

Une victoire pour retrouver un nouveau souffle

Les Ecureuils du Bénin ont l’obligation de gagner à Antananarivo pour retrouver le sourire et faire baisser la forte pression.  Une victoire face aux Baréas, leur permettra également de jouer la République Démocratique du Congo le 6 septembre prochain au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou avec une envie de continuer sur la même lancée, histoire de montrer que l’élimination face à la Sierra Léone n’est qu’une fausse génuflexion. Comme le dit-un adage « La Force de vaincre se trouve dans la volonté de réussir ». A Khaled Adénon et ses coéquipiers d’agir dans un esprit de combativité et de détermination sans faille pour commencer par fermer la page du désespoir de la non qualification pour la CAN Cameroun 2021.

Robert KEKELY

Articles similaires