Démission de Joseph Djogbénou de la Cour Constitutionnelle: Nécessité ou opportunisme

 Démission de Joseph Djogbénou de la Cour Constitutionnelle: Nécessité ou opportunisme

Au lendemain de sa démission de la tête de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou a éclairé l’opinion publique nationale et internationale sur les raisons de son choix. C’est à la faveur d’une conférence de presse organisée, ce mercredi 13 juillet 2022, à hôtel Novotel de Cotonou.

C’est un Joseph Djogbénou très expéditif qui était face à la presse. Malgré son sourire, l’homme de droit n’a pas très expansif, le désormais ex-président de la Cour Constitutionnelle était très serein face aux professionnels des médias. Après avoir salué ses pairs qui l’ont désigné président de la cour Constitutionnelle, le professeur a, dans un premier temps, dit toute sa satisfaction d’avoir achevé sa part de mission à la tête de la haute juridiction du Bénin. « Dans la vie ce ne sont pas les positions qui comptent. Dans la vie ce sont les objectifs qui comptent » a déclaré Maître Joseph Djogbénou pour justifier son attitude face à ceux qui pensent qu’il a laissé l’un des postes les plus convoités qu’est celui de la Cour Constitutionnelle du Bénin.

L’heure est donc arrivée pour lui de passer à autre chose; Revenir sur la scène politique, comme « ouvrier du chantier politique » clé en main « afin de renouveler l’engagement politique et surtout retrouver sa famille politique…et la mienne c’est l’Union Progressiste (UP). Allant plus loin, le militant UP estime que « Cette décision est une nécessité par l’appel à la fois de ma conscience mais également de ce qu’il résulte de l’analyse de la situation politique. J’ai souhaité reprendre l’engagement politique là où je l’avais laissé ». En bon militant, il souhaite que l’Union Progressiste accepte son retour et se dit déterminé à accomplir les missions que le parti voudra bien lui confier.

Sur sa supposée candidature à la tête du parti Union Progressiste, l’homme remet son costume de professeur. « Les fonctions les plus simples sont exercées par les militants les plus simples mais les plus engagés » a dit Joseph Djogbénou pour botter en touche la question sur sa destination. Il a toutefois précisé que son intention n’est nullement d’occuper une fonction politique mais de se remettre dans le débat politique et surtout dans « la construction politique ».

Quid de l’obligation de réserve

« Je suis suffisamment averti pour ne rien révéler qui soit dans le périmètre de la Cour Constitutionnelle mais je suis un citoyen ». Et c’est en tant que citoyen engagé et fortement impliqué qu’il se remettra au service du peuple à l’ombre du baobab vert en « intellectuel engagé ». Désormais il veut faire en sorte que les compatriotes comprennent mieux ce qui se fait au plan politique au Bénin.

Une chose est certaine, Joseph Djogbénou est fier d’avoir bien accompli sa mission à la Cour Constitutionnelle. « Lorsque à titre personnel ce à quoi vous pouvez être utile dans le cadre d’une institution est déjà suffisamment accompli et qu’il est encore nécessaire de contribuer ailleurs au renforcement de l’Etat de droit, il faut en tirer les conséquences » se félicite l’ancien président de la Cour Constitutionnelle, institution qu’il a dirigée de 2018 à 2022.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires