Crise politique en Guinée et au Mali: Le Bénin propose une issue

 Crise politique en Guinée et au Mali: Le Bénin propose une issue

Le ministre des affaires étrangères du Bénin, Aurélien Agbénonci, a répondu présent au sommet extraordinaire de la CEDEAO du jeudi 16 septembre 2021. Le chef de la diplomatie béninoise a saisi l’occasion pour condamner les coups d’État perpétrés en Guinée le 5 septembre dernier et au Mali il y a quelques mois; il a proposé des solutions.

Concernant la Guinée le Bénin a exigé le retour à l’ordre constitutionnel ainsi que la libération du président Alpha Condé. Une décision unanime au sein des membres de l’institution sous régionale. Pour ce qui est du Mali, le Bénin a émis des inquiétudes par rapport au respect du délai de la transition et offre une possibilité de sortie de crise. « Le chef de la diplomatie béninoise Aurélien A. Agbénonci a suggéré à la CEDEAO d’œuvrer avec la classe politique malienne à l’élaboration d’un calendrier et l’implication de toutes les institutions devant travailler à l’organisation desdites élections dans le délai imparti à la transition. Mais pour cela, il faudra une franche collaboration des autorités maliennes pour une rapide sortie de crise », a rapporté nos confrères de La Nation.

A noter qu’au terme de cette assise, la conférence a entériné les principales recommandations contenues dans le rapport de la Mission.

Sur la situation politique en République de Guinée…

La Conférence réitère sa ferme condamnation du coup d’Etat du 5 septembre 2021 et réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé. Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé. La Conférence a été informée de la situation socio-politique présente en République de Guinée et de l’apparent engagement du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel. Elle a également noté la décision du CNRD d’engager des consultations avec l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux sur la situation socio-politique en République de Guinée. La Conférence s’est fortement préoccupée de la résurgence des coups d’Etat après ceux du Mali en 2020 et 2021.

Maintien de la suspension de la Guinée Conakry de toutes les instances

En effet,  après examen du Rapport et délibérations, la Conférence décide entre autres, le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel; la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République. de Guinée;  la mise en oeuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers; l’appui de l’Union Africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies, et des partenaires multilatéraux et bilatéraux pour la mise en œuvre desdites sanctions;  l’interdiction aux membres du CNRD d’être candidats à l’élection présidentielle;  l’accompagnement de la CEDEAC dans la résolution rapide de la crise et la préparation des élections.

Bachirou ISSA

Articles similaires