Centre d’examens et présence des parents: Affection ou encombrement

 Centre d’examens et présence des parents: Affection ou encombrement

En période d’examens de fin d’année, la présence des parents de candidats autour des centres de composition se fait de plus en plus constater. Une manière pour ses parents d’accompagner leur progéniture. Toutefois, certains trouvent encombrante cette marque d’affection parentale.

Aux examens du Certificat d’Etude Primaire (Cep), Brevet d’Etude de Premier Cycle (Bepc), Baccalauréat, nombreux sont les parents qui décident d’être présents aux côtés de leurs enfants afin de les apporter une assistance tout au long des journées de composition. Une présence qui est une forme de soutien et d’accompagnement pour ses candidats. Ainsi donc, certains parents préfèrent rester aux alentours des centres d’examen pour disent-ils ”Soutenir moralement les candidats”. Un soutien qui s’avère important pour la réussite de chaque candidat. « Un candidat à un examen a besoin de l’attention de ses proches. Cela met le candidat dans une parfaite confiance. Depuis la maison jusqu’au centre de composition, il doit sentir la présence d’un parent » fait savoir B. Eugénie institutrice dans un établissement dans la commune d’Abomey-Calavi. Pour ce qui est de la présence continue de ses parents qui viennent accompagner leurs enfants, candidats, les avis restent partager. Si pour certains, c’est une nécessité, d’autres trouvent la pratique encombrante.  

Des avis divergents

« Tout dépend des parents que nous sommes et aussi le niveau de maturité de notre enfant. Nous n’avons pas droit d’être dans les salles de composition avec les candidats mais notre présence au dehors est un moyen pour les montrer notre attachement », indique dame Géneviève mère du petit Mathieu candidat au CEP. Pour cette maman « vu l’âge des candidats les laisser seul serait une grossière erreur ». « Nos enfants ne sont pas aussi courageux que nous l’avons été par le passé. Ils ne parviennent pas pour la plupart à surmonter la pression des examens et donc quand ils nous sentent aussi proche, ils ont une certaine assurance » confie Virginie T. mère de deux candidats au Baccalauréat session de juin 2021. Nestor lui, dit prévoir prendre dès ce lundi 3 jours de congé dans le but d’être présent auprès de sa première fille candidate au Brevet d’Etude de Premier Cycle. Comme ce trentenaire nombreux sont ces parents qui pour être plus proche de leurs enfants candidats prennent la même décision et comme nous l’indiquons marquent leurs présences autour des centres de composition.

Cette présence selon certains parents n’est rien d’autre qu’une augmentation de stress à l’endroit des candidats, une forme de pression morale à l’endroit des candidats. C’est ce que laisse entendre Nadine qui pense qu’ « Il faut laisser les enfants et ne pas trop les mettre la pression. Ces parents qui sont présents autour des centres de composition ne font que mettre une pression sur les enfants ». «Certes, il faut accompagner les candidats mais certains parents en font trop » affirme Eric la cinquantaine tout en ajoutant « Le plus important pour les parents, c’est de tout mettre à la disposition des enfants candidats.  Assurer leur déplacement surtout. La présence des parents n’est pas nécessaire c’est juste de l’encombrement ».

La proie en deux

Les avis sont ainsi donc partagés. Chaque parent fait ce qu’il pense adéquat pour la réussite de son enfant. Louis Dodji directeur d’un établissement privé de Cotonou équilibre le débat sur la nécessité ou non de la présence des parents autour des centres d’examen. « La présence des parents n’est pas indispensable mais peut s’avérer nécessaire vu la relation enfant-parent préétablit. Il faut aussi tenir compte de l’âge des candidats aux différents examens, certains sont tellement jeunes que la présence des parents semble les mettre en confiance », a-t-il indiqué avant de préciser « Mais reconnaissons que des parents en abusent. On ne peut déplacer toute la famille juste pour accompagner un candidat et le comble décider de rester sur les lieux toute la journée ».

Firmin KASSAGA

Articles similaires