Casque pour passager sur moto : La répression démarre ce mardi

 Casque pour passager sur moto : La répression démarre ce mardi

15 Novembre 2022. C’est la date butoir fixée par la hiérarchie de la Police républicaine pour lancer la répression du non port de casque pour toute personne sur moto à deux roues sur les axes routiers des grandes villes du Bénin.

La décision rendue publique suite à une rencontre en date du 25 octobre 2022 avec les conducteurs de taxi moto communément appelés zémidjans. Il est dit qu’autant le conducteur de la moto, le client doit porter son casque. Une mesure qui concerne aussi bien les conducteurs de zem que les usagers ordinaires. En plus du port de casque, les surcharges et le non-respect de la piste cyclable par les motocyclistes seront également punis.

Encore quelques heures, et la répression va démarrer. Mais déjà, certains citoyens demandent un moratoire à la DGPR afin de sursoir temporairement à cette mesure. « La période ne s’y prête pas. Nous tendons vers la période des fêtes. Chacun court pour trouver de quoi manger et fêter. Imaginez les dégâts quand cette lutte va commencer » interpelle Barnabé. « Je gagne combien? Le temps est trop et il y a mévente. Comment faire pour économiser en si peu de temps et m’acheter un casque? s’interroge une bonne dame.

Question d’hygiène avec les Zémidjans

La première implication de cette mesure est que tout usager qui n’a pas sa propre moto doit s’acheter un casque s’il veut se déplacer à bord de Zémidjan. L’autre cas, il peut recourir au conducteur de moto. A priori, ce sera la meilleure option. Chaque conducteur de Taxi-moto aura un casque pour ses clients si le Zémidjan tient à faire du chiffre d’affaires. Mais qu’en sera-t-il de l’hygiène ? Ceci dans la mesure où tous les clients n’ont pas le même statut. Il y a maçon, portefaix ou encore des personnes dont les activités exigent une certaines propreté et hygiène corporelle. Vont-ils porter un casque déjà utilisé par un autre avec la mauvaise haleine et les risques de maladies qui vont avec ? Les Zémidjans doivent également veiller à laver les casques pour usagers. La question de la sensibilisation s’impose alors au niveau des associations des conducteurs de Taxi-moto.

Quid des auto-stoppeurs?

Il est fréquent de voir des personnes hélées, sans même les connaître, les motocyclettes, pour demander de les « pousser un peu devant ». Il y a également les apprentis mais des dames de toutes catégories. Ces types de personnes vont le plus subir les affres de cette mesure. Les auto-stoppeurs et auto-stoppeuses (grand nombre) auront désormais du mal à trouver de l’aide aux abords des routes béninoises, en tout cas des grandes villes comme Cotonou, Porto-Novo et Parakou. Malgré la bonne volonté des conducteurs de motocyclettes, ils auront du mal à les remorquer. A moins que l’usager ait son casque. Mais pourrait-on remorquer un inconnu casqué sur sa moto juste parce qu’on veut l’aider? Voilà l’autre interrogation qui va faire douter bon nombre de conducteurs et par ricochet pénaliser les demandeurs d’aide le long des voies. Pour l’heure, l’application de cette décision semble être compliquée. Wait and see !

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires