Aziza Mahoussi : « Azondjahou » de père en fils

 Aziza Mahoussi : « Azondjahou » de père en fils

Des platines au micro, Aziza Mahoussi a fini par faire le pas : chanter pour de vrai. Le DJ a lancé son deuxième single le 30 juillet 2022. Petit coup de projecteur sur celui, qui autrefois, mettait en lumière les autres grâce aux objectifs des appareils photos et caméras.

Entre l’artiste chanteur et le DJ, c’est une question d’harmonie. Aziza Mahoussi conjugue, désormais, cette notion de continuum avec sons, effets et passion. La matérialisation de cette mue artistique est la sortie dans les bacs de « Azondjahou », nom que porte son tout deuxième single après « Hindowa ».

A l’état-civil, Aziza Mahoussi est fichier Gaston E. Amoussou. Ses parents et voisins du quartier le reconnaissent plus comme photographe et cadreur chevronné puisqu’il en a reçu la formation et exercé le métier. En parallèle, le professionnel du cadrage est resté attaché à sa passion : La musique. D’ailleurs il n’en a jamais été détaché puisqu’il l’a dans les veines. Fils de Hanssinon Togbé, auteur et compositeur de musiques traditionnelles, il ne fallait pas chercher loin le repère de Aziza Mahoussi.

Il tient ce don de son feu père qui, de son vivant, régalait les mélomanes avec son groupe artistique et folklorique. Une prédisposition artistique qu’il chérissait depuis les bancs du collège à Godomey. Il compte des inspirations et petites vidéos concoctées pour faire plaisir à ses copains lors des célébrations d’anniversaire. Après avoir fait la promotion des chansons et d’autres artistes de la musique en tant qu’animateur Dj, Aziza Mahoussi grave sa voix sur du disque. Et il ne chante pas, juste, pour chanter. Il chante  pour conseiller ou dénoncer les problèmes qui minent la société.  Après le premier single, « Hindowa », une chanson qui convie à la fraternité, la paix et l’harmonie. « Faire le mal à ses semblables ainsi que commettre l’adultère  sont aux antipodes des principes et commandements divins », fait remarquer l’artiste. Pour lui, ce monde a besoin d’amour, de paix et fraternité et surtout la reconnaissance à l’Eternel des Armées, c’est pourquoi le deuxième single est griffé « Azondjahou ». A travers cette belle mélodie musicale, il remercie Dieu le père pour toutes les œuvres qu’il accomplisse dans sa vie. « Sans le seigneur, nous ne pouvons rien. Il est de notre devoir de toujours le remercier pour tout », a confié le chanteur avant de remercier ses marraines  Symphorose Agbangbè et Nathalie Vlavonou. « Elles ne ménagent aucun effort pour me soutenir. Je n’oublie pas mon arrangeur Massèlèssè ».

Pourquoi « Aziza Mahoussi » comme blase?

Pour les locuteurs en langue locale « Aziza » est la « muse inspiration » des artistes. Il a ajouté « Mahoussi » pour rendre hommage à sa feue maman. C’est la façon choisie par Gaston pour l’immortaliser. Il ne reste qu’à souhaiter bonne carrière à l’artiste chanteur.

A noter que le single est disponible sur tous les sites téléchargeables.  

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires