Augmentation des salaires au Bénin: Les précisions de Léandre Houngbédji

 Augmentation des salaires au Bénin: Les précisions de Léandre Houngbédji

Wilfried Léandre Houngbédji a donné des précisions sur la revalorisation du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG). C’était vendredi 28 janvier 2022, lors de l’émission en ligne « Rendez-vous avec le porte-parole » du gouvernement.

A la question de l’internaute qui voulait savoir si le gouvernement avait effectivement en projet d’augmenter le Smig. Le porte-parole du gouvernent, lui a répondu que le relèvement du SMIG interviendra « probablement dans la foulée des actions que le gouvernement engage pour la revalorisation des salaires des travailleurs de la fonction publique». Selon ses propos, toutes les dispositions sont prises pour que cette annonce soit une réalité avant la fin de l’année 2022. Mais a-t-il tenu à repréciser que l’échéance n’est pas fixée pour ce mois de janvier : « On n’avait pas indiqué que Janvier c’est l’échéance, mais je suis convaincu, vu l’engagement du président de la République que ce n’est pas un sujet qui attendra la fin de l’année avant d’être réglé. Courant 2022 ce sera fait », a-t-il laissé entendre.

Pour Wilfried Léandre Houngbédji, la revalorisation des salaires est un sujet prioritaire qui tient à cœur au président Patrice Talon. « Il a tracé une trajectoire bien définie aux différents acteurs impliqués pour que dans tous les cas, que cela devienne effectif (en 2022) ». Par ailleurs, il informe qu’il y aura aussi des discussions avec « les partenaires privés pour un relèvement du SMIG et conséquemment un alignement des autres salaires».

Pour rappel, c’était 31 décembre 2021, lors de la présentation de ses vœux de nouvel an à la nation que le Chef de l’Etat a annoncé l’augmentation des salaires. « En 2022, nous allons relever les salaires des travailleurs autant que nous investirons dans divers secteurs productifs pour créer davantage d’emplois et de richesses au profit de tous ».

A noter que le SMIG est actuellement à 40 mille francs CFA au Bénin, et les syndicalistes espèrent qu’il sera porté au moins à 60 mille francs CFA.

Bachir ISSA

Articles similaires