Arbitrage au Bénin : Les dénonciations de Gaston Zossou

 Arbitrage au Bénin : Les dénonciations de Gaston Zossou

Face aux professionnels des médias, le président de Loto-Popo et Directeur Général de La Loterie Nationale du Benin a pointé du doigt l’arbitrage béninois. Pour Gaston Zossou, c’est la véritable gangrène qui enfreint le développement du sport béninois malgré les investissements et la volonté manifeste du Chef de l’Etat Patrice Talon et de son ministre des Sports.

Dans son style connu de tous, Gaston Zossou n’a pas marché ses mots.  Le président de Loto Popo est allé droit au but en restant droit dans ses bottes. « La chose nous enlève le sommeil », introduit-il d’entrée pour évoquer en général l’arbitrage béninois. A l’en croire, l’arbitrage est le maillon faible du football béninois. « Notre football a aujourd’hui un maillon faible qu’est l’arbitrage. La force d’une chaîne dépend de son maillon faible.  Il est caporalisé. Les mêmes qui désignent les arbitres sont dirigeants de clubs, lesquels clubs sont engagés dans le championnat national professionnel de football », a-t-il affirmé avant de confier «Quand j’ai été nommé Président du club, j’ai été démarché pour négocier avec les arbitres. J’ai trouvé tout ceci détestable et dangereux. La fraude arbitrale vise à placer les moins bons au-dessus des meilleurs». Pour étayer ses arguments, le président de Loto-Popo a énuméré quelques faits de match notamment des buts refusés, des fautes non sanctionnées, des cartons rouges non accordés, etc…

Dans la même logique, Gaston Zossou a laissé entendre que cette cécité contractuelle ne peut pas faire développer le football béninois. «L’Etat a quand même investi plus de 90 milliards de nos francs dans la construction de stades. Primo, les 22 stades omnisports réalisés en 4 ans. Secundo, la présence de hauts techniciens du côté du Bénin faisant allusion aux directeurs sportifs. Tertio, le nouveau format du championnat professionnel du Bénin. C’est pourquoi nous n’allons jamais hésiter de mettre toute notre énergie pour dénoncer le mal», a-t-il souligné. 

Par ailleurs, il a saisi l’occasion pour évoquer le silence et l’indifférence des responsables compétents face à la situation. En conclusion, et comme approche de solutions, les responsables du club Loto-Popo souhaitent voir le corps arbitral indépendant. « A Loto-Popo, on cultive des valeurs. Ce qu’il faut faire, c’est de rendre le corps arbitral indépendant », a laissé entendre le président de Loto-Popo.

A noter que pour la circonstance, Gaston Zossou était entouré du Directeur Général, Wilfrido Aïbatin, le Directeur Sportif de Loto-Popo, Abdeslam Aouaddou, les deux capitaines, Patrick Sèdjamè et Rodrigue Fassinou.

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *