Alibori: Agriculteurs et éleveurs outillés pour une meilleure cohabitation

 Alibori: Agriculteurs et éleveurs outillés pour une meilleure cohabitation

Une séance de sensibilisation et d’information sur la gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs a eu lieu lundi 12 juillet 2021 à Malanville. Objectif, instaurer un climat de paix favorable à la pratique de l’agriculture et de l’élevage et aussi contribuer à l’épanouissement de chaque acteur. C’était en présence du représentant du Haut-commissaire à la sédentarisation des éleveurs, du coordonnateur de l’association pour la promotion de l’élevage en sahel et en savane APESS sans occulter les différents acteurs impliqués dans l’agriculture et l’élevage. C’est la salle de délibération de l’hôtel de la commune qui a servi de cadre à cette rencontre.

En effet à travers une communication, le Chargé de mission du président de la République, Nazaire Hounoukpè a rappelé les différentes procédures de gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs et les mesures prisent par le gouvernement pour interdire la transhumance transfrontalière. « Chaque année, la divagation des animaux cause des dommages importants aux personnes et aux animaux dans la commune de Malanville » a-t-il déclaré. Ce phénomène est dû à « une méconnaissance des dispositions de la loi qui régit cette pratique ». a ajouté le chargé de mission du président de la république. Ainsi un numéro vert WhatsApp a été mis à la disposition des populations pour dénoncer cet état de chose.

Par ailleurs le représentant du Haut-commissaire à la sédentarisation des éleveurs a précisé que cette séance de sensibilisation s’inscrit dans le cadre des missions du Haut-commissariat.  « L’une des missions de l’organe est la sensibilisation des acteurs non étatiques sur les mesures favorables à la cohabitation harmonieuse entre agriculteurs et éleveurs », a martelé Bouraima Gnanli, représentant le Haut-commissaire à la sédentarisation des éleveurs. Prenant la parole le maire de la commune de Malanville Gado Guidami a salué l’initiative avant d’exhorter les acteurs à une franche cohabitation. Ceci pour une bonne mise en œuvre de la politique de sédentarisation en vue de leur épanouissement socioéconomique et culturel dans un environnement apaisé.

Bachir ISSA

Articles similaires