Akouvi Clarisse Hounzali: Des terrains de handball à la toge

 Akouvi Clarisse Hounzali: Des terrains de handball à la toge

Sports et Etudes vont de pair ! Cette règle, Akouvi Clarisse Hounzali la confirme à travers son parcours, aussi bien sportif que professionnel. Troisième vice-présidente de la Fédération Béninoise de Handball (FBHB), elle fait partie des rares femmes sportives béninoises qui honorent la gent féminine dans le paysage sportif béninois en général, et dans le handball en particulier en décidant de se mettre au service de sa passion malgré sa vie professionnelle d’Avocate au Barreau du Bénin.

En effet, tout a petitement commencé au cours primaire, entre 1990 et 1996 quand elle découvrit son goût pour le sport et commença par s’essayer au handball au sein de l’équipe de l’Ecole primaire publique Sètovi, Groupe A, sans y comprendre véritablement les règles du jeu. Elle, c’est bien évidemment Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji qui, après l’obtention de son Certificat d’Etude Primaire (CEP) en 1996, poursuit sa passion pour le sport au Cours secondaire. Très tôt, à l’âge de 13 ans, elle a été dénichée par le sieur Daniel Tchango, alors enseignant et encadreur de l’équipe féminine du Collège Mégan. Titulaire dans l’équipe de Handball féminin de son collège, elle s’affirme, s’impose et explose lors des rencontres scolaires de handball. Poursuivant ses études au Collège d’enseignement général (CEG) «LE Nokoué», elle est sollicitée par le collège Bon Berger et autres pour renforcer leurs équipes lors de certaines compétitions. *

C’est ainsi que lors d’une séance au Stade de l’Amitié de Cotonou, elle découvrit qu’elle pouvait jouer dans un club civil. Elle devient sociétaire de l’ASA Handball Club en 1999. Elle y joue au poste de pivot et de demi-centre. Après un stage d’amélioration de niveau avec Baobab de Lokossa en 2000, elle sera convoitée et recrutée par Siamois Handball Club où elle jouera trois saisons. En 2004, elle réussit au Baccalauréat et entre à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Son nouveau statut d’étudiante lui permet de rejoindre l’équipe universitaire, UAC Dames Handball Club. Elle participera ainsi à plusieurs Jeux Universitaires au plan international. Mais tenue par la volonté d’évoluer au plus haut niveau, elle signe son transfert vers Flowers HBC, courant 2008-2009.

Latérale droit et demi-centre, la nouvelle recrue des fleurs n’a cessé de faire parler d’elle dans le milieu. Rapide, énergique et vive, Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji faisait bien la fierté des coachs Valère Lawin et Aimé Sebio. Avec Flowers, elle a été plusieurs fois sacrée championne du Bénin notamment en 2001, 2005, 2012 et 2014. Des prestations qui lui ont valu de goûter aux délices de la sélection nationale Dames de Handball. Mais, son entrée «précoce» sur le marché de l’emploi, ne lui laissera pas le temps de s’exprimer au-delà des qualités de bonne athlète que le public sportif lui connait.

L’ascension

Promue présidente de la Ligue professionnelle transitoire de handball  Attachée au sport et à son handball, le président Sidikou Karimou lui fait appel pour constituer son bureau au sein de la Fédération Béninoise de Handball (FBHB). Et au terme des élections du samedi, 25 septembre 2021 à l’Injeps de Porto-Novo pour renouveler le bureau exécutif de l’instance, Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji a été élue Troisième vice-présidente de la FBHB. Une première pour l’ancienne handballeuse qui, quelques semaines plus tard, a été également promue à la tête de la présidence de la Ligue professionnelle transitoire (LPT) de handball du Bénin pour le compte de la saison sportive 2021-2022. Un bureau de sept membres qui se charge d’organiser le Championnat professionnel de handball appelé Ligue Nationale Pro 2022 (LNP). En faisant confiance à une femme pour diriger cette importante Ligue, la FBHB et son président Sidikou Karimou offrent une place de choix à la gent féminine et prônent l’égalité genre. C’est d’ailleurs pour la première fois qu’un tel poste (toutes disciplines sportives confondues au Bénin, Ndlr) est confié à une femme. C’est donc à juste titre qu’en mars 2022, elle a été retenue et reçue le trophée «LE HERAUT JUF 2022», dans la catégorie «FEMME HERAUT SPORT». 

Mais avant, un parcours académique exceptionnel…   

Originaire du département du Mono (au Bénin), Akouvi Clarisse Hounzali est née le 20 mars 1985 à Libreville au Gabon. Issue d’une fratrie de 12 enfants, elle a été inscrite à l’école à l’âge de cinq ans et décroche respectivement son Certificat d’Etudes Primaire en 1996, au Cours Primaire Public Sètovi, Groupe A, puis son Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) en 2000 au Collège d’Enseignement Général «Le Nokoué». Elle a eu un cursus exceptionnel, à voir ses résultats scolaires. Après son BEPC, elle poursuit l’enseignement général et obtint en 2004, son Baccalauréat, Série B et en 2005, un autre Baccalauréat, Série G1. En novembre 2004, elle rentre à l’Université d’Abomey-Calavi et s’inscrit à la Faculté des Droits et Sciences Politiques (FADESP). Parallèlement, et pour combler ses heures creuses, elle participe et réussit au test d’entrée au premier journal des étudiants du Bénin, «LE HERAUT» où, après son stage, elle deviendra membre et occupera quelques postes de responsabilité.

Après quatre années exactement à la FADESP, Akouvi Clarisse obtient successivement sa Licence en Droit des Affaires et Carrières Judiciaires (2006-2007) et sa Maîtrise en Droit des Affaires et Carrières Judiciaires (2007-2008).  En novembre 2013, elle décroche son Certificat d’Aptitude à la profession d’Avocat (CAPA), Faculté de Droit, Université d’Abomey-calavi (Bénin) puis en 2014, son Diplôme d’Etude Approfondie (DEA) en Droit de la Personne Humaine et Démocratie, Chaire Unesco, Université d’Abomey-Calavi (Bénin) pendant qu’elle prépare son entrée au Barreau du Bénin. Le 27 novembre 2014, Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji prête le serment d’Avocat.

 Clarisse Hounzali et les plaidoiries une question d’amour 

L’incompatibilité entre la profession d’Avocat et l’enseignement dans les Lycées et Collèges (en son temps), va l’obliger à déposer les clés pour ne se consacrer qu’aux activités du Barreau. C’est ainsi qu’à l’occasion du Concours de plaidoiries au Barreau du Bénin, dans le cadre de la célébration du 50ème anniversaire de l’Ordre des avocats du Bénin, Me Clarisse Hounzali a damé le pion à ses concurrents et a été sacrée grand vainqueur du concours de plaidoiries, le jeudi 16 avril 2015. Ceci, devant Maîtres Raoul Placide Houngbédji et Olga Anassidé. De même, pendant son stage d’Avocat, elle a participé à plusieurs concours de plaidoiries et s’est vu décerner à ce titre, plusieurs autres prix. Ce fut le début de la réalisation de son rêve professionnel.  Et désormais, une vie professionnelle hors pair…   Inscrite au grand tableau de l’Ordre des Avocats du Bénin, en 2017, elle fera l’option de l’exercice individuel pour une année avant de se mettre en société d’Avocats avec d’autres Confrères. Avocate associée, au sein de la Société Civile Professionnelle d’Avocat Houngbedji et  Hounzali, en abrégé SCPA 2H Conseils et Associés, Maître Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji est une passionnée de la Communication pour avoir fait plusieurs expériences dans le domaine. Mariée et mère d’enfants, Avocate au Barreau du Bénin, membre de l’Association des Femmes Avocates du Bénin (AFA-B), elle a, non seulement une très grande capacité d’adaptation, d’intégration et de moralité mais aussi, et surtout, une grande capacité d’écoute, de discussion, d’analyse et de travail en équipe.

Des distinctions

En plus de sa notoriété, elle ne manque pas d’occasion pour impacter sa société et ce, à travers plusieurs actes qu’elle pose. Son dynamisme lui a valu en août 2021, les trophées de la distinction «Femme d’impact» dans la catégorie cheffe d’entreprise. A travers cette reconnaissance, c’est tout son savoir et savoir-faire  qui sont ainsi auréolés. En mars 2022, elle est contactée et participe à la rédaction de «SORORITE CHERIE», un collectif dirigé par Carmen F. Toudonou. Elle y signe un texte intitulé «Unie pour un monde meilleur». En Juillet 2022, lumière est mise sur Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji dans l’ouvrage « L’impact au féminin ». Aimant la lecture, la télévision, la musique, elle ne cesse, dès qu’elle en a l’occasion, de participer à des formations afin de mettre à jour ses connaissances et compétences professionnelles. Elle est également sollicitée pour animer des formations, etc. Au-delà de ses préoccupations professionnelles et mêmes familiales, elle trouve une place de choix à sa discipline de cœur. Maître Akouvi Clarisse Hounzali-Houngbédji est donc un exemple qui doit faire école dans le paysage sportif béninois notamment au niveau des jeunes filles sportives.

Source : Chabala/FBHB

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *