43ème Championnat d’Afrique des Clubs Champions de Handball, Tunisie 2022: Flowers-CNSS au révélateur continental

 43ème Championnat d’Afrique des Clubs Champions de Handball, Tunisie 2022: Flowers-CNSS au révélateur continental

L’apprentissage au haut niveau continue pour les deux formations (Hommes et Dames) de Flowers-CNSS Handball Club.

À Hammamet et à Nabeul, lors de cette 43e édition des Championnats d’Afrique des Clubs Champions de Handball,  le rêve semble tourné court, surtout chez les dames. Pourtant, à l’issue du tirage au sort, l’espoir était plus porté sur elles. Malheureusement les fruits semblent ne plus tenir la promesse des fleurs. Trois défaites en autant de match. C’est le bilan des dames de Flowers-CNSS  qui signent leur retour sur la scène continentale. Si la défaite contre Petro  de Luanda était prévisible (32-18), celle contre la formation de FAP  était la moins attendue lors de la deuxième journée. L’écart au score (22-33) est symptomatique de la différence de niveau athlétique et d’engagement.

Le match de la troisième journée de compétition des Béninoises contre El Biar de l’Algérie, le mieux abordé par les poulains de Solange Adégnika dans l’engagement et la détermination n’a pas connu un meilleur sort. Des résultats qui rendent désormais presque illusoires le rêve caressé depuis Cotonou de passer la phase des poules. Toutefois, elles tenteront d’enregistrer leur première victoire de la compétition contre l’USG de la Guinée ce lundi 3 octobre à 11 Heures sur le parquet de Nabeul.

L’équipe masculine dans le dur

Les hommes, logés dans une poule A très difficile, les spécialistes de la discipline savent d’avance que ça serait sauf miracle quasi impossible pour ces derniers de  franchir l’étape des poules. En effet, loin de la copie de Niamey, très incisifs sur le premier match, les poulains du coach Aimé Sebio avaient la possibilité de créer la surprise. Mais pour faute d’expérience, ils ont courbé l’échine 23-24 face à Ain Touta d’Algérie.  Les deux autres défaites respectivement contre Al Ahly d’Égypte (40-11) et l »expérience de Tunis (39-19) étaient prévisibles. Comme le dit un adage c’est à force de se frotter aux meilleurs qu’on finisse par à s’imposer.

Grassien SETONDJI

Articles similaires